Nos régions ont du talent : Centre-Val-de-Loire

le
0

D'ici l'Euro, on fait une revue d'effectif de ce que les régions françaises ont de mieux à offrir question football. Histoire de mieux se familiariser avec le nouveau découpage administratif et ce que cela implique pour le ballon rond. Quatrième étape en Centre-Val-de-Loire, où Florian Thauvin est censé être l'héritier de Florent Malouda.


" On n'est pas un gros vivier, mais on est une région qui bosse bien. Sur les compétitions nationales, on n'est jamais dans les derniers, on a quelques clubs qui font un bon travail de formation comme Tours, qui a de très bons U19. Nous en étant amateurs, on a finis 10es sur 22 à la Coupe de France U13. " Maurice Bouquet est directeur technique de Blois 41 Football. Sans se voiler la face - il sait que sa région ne peut rivaliser avec le vivier de l'Île-de-France -, il refuse de présenter le Centre-Val-de-Loire comme un parent pauvre du football français. Ce que confirme le directeur sportif de l'US Orléans, Julien Cordonnier, pour qui les clubs de Ligue 1 observent ce qu'il se passe sur place, " principalement Rennes, Nantes, mais aussi le PSG ". Cela ne date pas d'hier et porte loin. " Avant, il y avait beaucoup Auxerre aussi. Plus surprenant, j'ai un U16 qui va aller à Marseille, alors que ce n'est pas tout près... " À Blois, Maurice Bouquet affirme quant à lui qu'il a trois jeunes pousses déjà recrutées par des centres de Ligue 1 pour cette saison. Pour Laurent Cadu, directeur du centre de formation de Châteauroux et bientôt " transféré " au Pôle espoirs régional, le Centre est d'ailleurs un vivier conséquent " si l'on regarde également les effectifs de Ligue 2 ". Car la région dispose avec Tours, Châteauroux et Orléans de trois équipes entre les eaux de la seconde division et de la troisième. Ce qui fait penser à certains que la présence d'une locomotive en Ligue 1 boosterait le vivier local. Pour le moment, Julien Cordonnier constate surtout la fragilité liée à la situation sportive des clubs phares, car " dans une région comme la nôtre, c'est un gros coup dur quand un club descend d'une division, comme Châteauroux qui est tombé en National ".

Qui sera le prochain Malouda ?


L'US Orléans - fraîchement promu - envisage d'ailleurs de se pérenniser en Ligue 2…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant