«Nos marchés devraient bénéficier cette année d'une croissance comprise entre 2 et 5%»

le
1
P.Marais
P.Marais

(lerevenu.com) - Les investisseurs ont salué vos perspectives pour 2014.?La crise est-elle derrière nous??

Bruno Lafont : Il faut toujours être attentif à l'évolution de l'environnement.?Mais il est vrai que depuis le quatrième trimestre 2013 beaucoup d'indicateurs sont au vert.?Nos marchés devraient bénéficier cette année d'une croissance globale comprise entre 2 et 5%.?En Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Afrique, zones où nous sommes très bien implantés, nous tablons sur des hausses de volumes entre 4 et 7%. En Europe occidentale, la tendance est à la stabilisation.?

? Présent dans 62 pays

Dans des marchés bien orientés, les hausses de prix passent-elles plus facilement??

Bruno?Lafont : Notre objectif est que la progression de nos prix couvre l'inflation des coûts, au premier rang desquels figurent l'énergie, mais aussi les salaires, le transport, les pièces détachées, etc.?Les prix du ciment ont dans l'ensemble bien tenu au quatrième trimestre, ce qui me rend confiant pour cette année.

Comment réagissez-vous à l'impact des variations des taux de change??

Bruno Lafont : Les variations des taux de change ont représenté l'an dernier 6% de nos résultats.?Il s'agit là d'un effet purement comptable. Nous avons construit un portefeuille suffisamment équilibré pour en limiter l'impact.?Nous sommes présents dans 62 pays et aucun pays émergent ne représente plus de 5% de nos ventes. Par ailleurs, nos

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4328752 le dimanche 30 mar 2014 à 12:22

    La crise est devant puisqu'elle n'a pas démarré. Pour la hausse, c'est simple , ce n'est pas dû au discours mensongers d'une reprise qui n'existe pas mais dans les injections massives des billets de monopoly des banques centrales rachetant tout et n'importe quoi sur les marchés comme par exemple tous les titres des sociétés qui n'arrêtent pas de voir leurs bénéfices chuter chaque semestres depuis 3 ans.