«Nos ancêtres gaulois» : depuis Dakar, Valls répond à Sarkozy

le
2
«Nos ancêtres gaulois» : depuis Dakar, Valls répond à Sarkozy
«Nos ancêtres gaulois» : depuis Dakar, Valls répond à Sarkozy

C'est depuis Dakar (Sénégal), où il est en déplacement, que Manuel Valls a choisi de répondre à Nicolas Sarkozy et à sa phrase,  «Dès que vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois».

 

«La France est aujourd'hui une société métissée, mélangée, par l'apport de l'immigration, de toutes les immigrations»,  a lancé jeudi soir le Premier ministre devant la communauté française au Sénégal. 

 

«Bien sûr nous sommes un peuple qui se retrouve d'abord dans ses valeurs. Mais si nous sommes français, ce n'est pas à travers nos origines, nos religions ou notre couleur de peau», a-t-il poursuivi, sans citer nommément Nicolas Sarkozy. «C'est tout simplement parce qu'il y a une histoire que nous partageons», a-t-il dit, citant notamment les deux guerres mondiales et la participation de troupes africaines.

 

«La force de notre pays c'est sa diversité, son métissage, son amour pour ses valeurs qui restent profondément universelles», a-t-il encore insisté.

 

Les propos de Nicolas Sarkozy ont été très critiqués à gauche, comme à droite. Mercredi, c'est Alain Juppé qui, à ce sujet, à dénoncer la «nullité» du débat politique. 

 

Comme Royal, il répond aussi au discours de Dakar de Sarkozy

 

Manuel Valls en a également profité pour répondre à une autre discours de Nicolas Sarkozy, prononcé neuf ans plus tôt et qui avait à l'époque également fait polémique. En juillet 2007, celui qui était président de la République depuis deux mois affirmait à Dakar que «l'homme africain» n'était «pas suffisamment entré dans l'histoire».

 

«Avec la montée des populismes qui se nourrissent de la peur, du repli sur soi, du regard sur l'autre, la construction de ce pont entre la France, l'Europe et l'Afrique est pour moi quelque chose qui est fondamental pour l'humanité», a affirmé Manuel Valls. «Je crois profondément que l'homme africain est plus que jamais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serval02 il y a 10 mois

    C'est pourtant lui qui "en off" en traversant un marché avait demandé a avoir plus de blancs......

  • M1903733 il y a 10 mois

    Métissée pour son malheur !