Norwich retrouve la Premier League !

le
0
Norwich retrouve la Premier League !
Norwich retrouve la Premier League !

Un an après après sa descente, Norwich City reprend l'ascenseur vers la Premier League, aux côtés de Bournemouth et Watford. À Wembley, les Canaries ont dominé Middlesbrough FC (2-0), en finale des play-offs d'accession à la Premier League. Sonné dès l'entame de match, Boro n'a jamais su inverser la tendance.

Middlesbrough 0-2 Norwich

Buts : C. Jerome (12e) et N. Redmond (15e)

Avant même le coup d'envoi de la rencontre, le God Save the Queen donne le ton d'un après-midi qui tire le rideau en beauté de la saison marathon du Championship (48e match pour les deux équipes). D'entrée, le ballon claque la barre transversale de chaque côté du terrain et confirme les velléités des deux formations. Quand le milieu de Norwich, Bradley Johnson, déclenche une frappe du gauche à l'entrée de la surface de Boro, le jeune Jelle Vossen donne la réplique d'une puissante reprise du droit (9e). Ça sera finalement l'une des seules occasions à mettre à l'actif des joueurs de Boro, en y ajoutant une frappe écrasée (59e) de leur avant-centre, Patrick Bamford, presque jamais trouvé par ses coéquipiers. Oui, le sourire jovial d'Aitor Karanka, à l'heure de rentrer dans l'arène a très vite laissé place à une moue partagée par l'ensemble du peuple rouge massé dans les tribunes de Wembley.

Le break en trois minutes


Le premier quart d'heure n'est pas encore écoulé que Cameron Jerome (12e) et Nathan Redmond (15e) ont déjà fait le break. D'abord, le premier bénéfice d'une erreur grossière du défenseur Daniel Ayala (rien à voir avec l'Argentin), et s'en va ouvrir la marque à bout portant du gardien, Dimítrios Konstantopoulos. Le tout, en marchant puisque notre ami Ayala ne s'est pas contenté de perdre le ballon dans la surface : il s'est aussi arrêté de jouer pour demander une faute à l'arbitre. Dans la foulée, Nathan Redmond, bien lancé par Steven Whittaker, trouve de l'espace dans la défense centrale et croise sa frappe à l'endroit même où son coéquipier Jerome avait deviné le chemin des filets. Petit à petit, les Canaries passent alors du mode festival offensif à gestion sereine du résultat et ne seront jamais inquiétés. Sous pression pendant trente minutes, les hommes d'Aitor Karanka n'enflammeront…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant