Norvège-Le fonds souverain devrait être scindé de la banque centrale-rapport

le
0
    par Joachim Dagenborg 
    OSLO, 23 juin (Reuters) - Le fonds souverain norvégien, le 
plus important au monde avec ses 960 milliards de dollars (859 
milliards d'euros) d'actifs, doit être scindé d'avec la Norges 
Bank, la banque centrale locale, qui le gère depuis son 
lancement en 1996, recommande une commission nommée par le 
gouvernement. 
    Alimenté par les revenus de l'industrie pétrolière et 
gazière, ce fonds est considéré comme une police d'assurance 
lorsque les réserves naturelles seront épuisées. Tout changement 
le concernant sera donc examiné de très près aussi bien par 
l'exécutif que le législatif. 
    La commission propose qu'à l'avenir, le fonds soit géré par 
une nouvelle société d'investissement publique dotée d'un 
conseil d'administration nommé par le gouvernement et disposant 
d'un mandat défini par le ministère des Finances. 
    "L'activité de banque centrale tout comme la gestion de 
portefeuille exigent bien plus qu'avant du conseil 
d'administration (de la banque centrale), des dirigeants et de 
l'organisation", explique le président de la commission Svein 
Gjedrem, lui-même ex-gouverneur de l'institut d'émission 
norvégien. 
    "De plus, les activités sont par nature différentes et 
l'étendue des tâches est conséquente. Avec deux entités 
différentes, les compétences professionnelles et les organes de 
gouvernance pourront plus facilement s'adapter à leurs tâches". 
    Ces recommandations seront examinées de près par la classe 
politique norvégienne, qui avait dit attendre la publication du 
rapport avant de décider dans quels nouveaux actifs le fonds 
pourrait éventuellement investir. 
    Le fonds, géré par un département de la banque centrale, 
investit dans des obligations, des actions, de l'immobilier à 
travers le monde mais il souhaite se diversifier dans des actifs 
à rendement plus élevé, les infrastructures par exemple. 
    La Norges Bank a bien accueilli ce rapport. Son conseil non 
seulement la gère mais il supervise aussi le fonds souverain et 
définit la politique monétaire mais cela devrait changer, 
indique la commission, qui propose également de réorganiser 
l'institut d'émission. 
    Ces propositions seront examinées au cours d'auditions 
publiques et tout changement devra être approuvé au final par le 
Parlement. 
     
 
 (Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité 
par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant