Norrköping, 26 ans plus tard

le
0
Norrköping, 26 ans plus tard
Norrköping, 26 ans plus tard

Norrköping, un nom qui ne parle à personne, et pourtant, il s'agit du tout frais champion de Suède. Un sacre inédit ? Pas du tout, avec ce treizième titre, les Snoka ont l'un des palmarès les plus imposants du pays de Zlatan. Présentation.

Nörrkoping, une ville que personne n'arriverait à placer sur une carte et pourtant 10e ville de Suède par sa population, la cité du Sud-Est du pays possède également un club phare dans l'histoire du football suédois. Quand le monde venait à bout du nazisme et replongeait dans la guerre froide, le club fondé en 1897 par des étudiants connaissait une période faste. Mais depuis 1989, et la chute de l'URSS, ceux qui se faisaient appeler Guldköping n'ont plus réussi à remporter autre chose que deux coupes, en 1991 et 1994. Un affront qui a été lavé ce week-end, quand, au terme d'un sprint avec l'IFK Göteborg, les hommes de Janne Andersson ont pu soulever le trophée Lennart Johansson. Une grande surprise.

Un Hongrois qui change tout


Revenons en arrière. Alors que le championnat suédois s'organise dès 1924, les débuts sont loin d'être spectaculaires pour l'IFK Norrköping. Régulièrement dans l'ascenseur, l'équipe n'arrive même pas à être le club phare de sa ville, restant dans l'ombre de l'IK Sleipner. Mais tout a changé en 1942, quand Torsten Johansson fit son arrivée dans le staff. Cet ancien joueur du club avait la volonté de faire des Peking le plus grand club du pays, et il y a mis les moyens. Pas à coups de millions, mais en recrutant Lajos Czeizler. Le mariage entre le technicien hongrois au nom imprononçable et le tout aussi imprononçable Idrottsföreningen Kamraterna Norrköping allait prendre. Le style de jeu tout en passes rapides du futur sélectionneur italien permettait à l'IFK de remporter son premier titre en 1943. Mieux encore, à peine deux mois plus tard, c'est la Coupe qui était gagnée à la faveur d'un match d'appui contre l'AIK Solna. La légende était en route ? Pas du tout. Comme tout mariage fragile, il n'a pas fallu attendre un an avant que le soufflé ne retombe. La saison 1944 s'achevant sur une triste quatrième place.

Familles, bowling et orientation


Le champion était touché dans son orgueil, et la réaction allait faire mal. En 1944, grâce notamment à l'arrivée de Gunnar Nordahl, Norrköping allait marcher sur la Suède. Cet attaquant, futur meilleur buteur de l'histoire du Milan AC, permettait à son équipe et à ses frères Bertil et Knut de remporter quatre titres consécutifs entre 1944 et 1948. Un record qui n'a été qu'égalé dans les années 90 par Göteborg. À l'époque, le onze avait d'ailleurs des airs de réunion de famille,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant