Nord : plainte d'une factrice victime d'un AVC à son travail

le
0
Nord : plainte d'une factrice victime d'un AVC à son travail
Nord : plainte d'une factrice victime d'un AVC à son travail

Une factrice de 25 ans victime d'un AVC sur son lieu de travail a porté plainte pour « non-assistance à personne en danger », comme le rapporte La Voix du Nord, les responsables du centre de distribution du courrier de La Poste à Villeneuve d'Ascq (Nord) ayant tardé à appeler les secours. Un rapport de l'Inspection du travail à ce sujet a été transmis au parquet de Lille, selon l'avocat de la jeune femme, Me Patrick Kazmierczak.

 

Le 19 février dernier, dans la matinée, Emeline, salariée en CDD, « se plaint à plusieurs reprises à sa direction de douleurs inhabituelles », mais celle-ci « lui fait la morale en lui disant qu'elle ne devrait pas se plaindre et travailler », a expliqué son avocat. « Plusieurs fois, elle répète sa plainte, en rapportant des douleurs anormales et personne ne réagit. »

 

« Livide et transparente »

 

L'un de ses collègues, membre du CHSCT, trouve alors la factrice « livide et transparente » et demande à des cadres « d'appeler les secours, mais ils lui répondent t'es pas médecin », a affirmé l'avocate de cet homme, Me Virginie Stienne-Duwez. « C'est face à l'insistance » de ce collègue, que « la direction a fini par appeler les secours après plusieurs heures », alors que « la dame était en train de faire un AVC », a assuré l'avocate.

 

A cause de son comportement, cet employé « s'est retrouvé en conseil de discipline », qui a recommandé « de le muter », a indiqué Me Stienne-Duwez. « Nous attendons la décision de la Poste » et « nous saisirons le tribunal administratif de Lille » en cas de sanction disciplinaire, a affirmé l'avocate.

 

Jambe paralysée

 

«  La jeune fille, mère de deux enfants, est encore en arrêt maladie, a une jambe paralysée et marche avec une canne », selon Me Patrick Kazmierczak. « Si j'avais été prise en charge plus tôt, je n'aurais peut-être pas de séquelles, je trouve ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant