Nord-Mali : affrontements à Kidal, 100 soldats français en renfort

le
0
Nord-Mali : affrontements à Kidal, 100 soldats français en renfort
Nord-Mali : affrontements à Kidal, 100 soldats français en renfort

Quatre jours après des combats meurtriers à Kidal (nord-est du Mali), des tirs ont à nouveau été échangés mercredi matin entre des soldats maliens et des groupes armés, dont les séparatistes touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui affirmait mercredi en fin d'après-midi contrôler la ville. Une thèse qui semble d'autant plus plausible que des soldats maliens ont été tués et que d'autres sont prisonniers, selon une source proche de l'ONU.

Les appels au calme lancés mardi par Conseil de sécurité de l'ONU ont été vains. Les Nations-Unis souhaitent que les négociations entre les indépendantistes et Bamako reprennent. La France a décidé d'envoyer une centaine de soldats supplémentaires rejoindre les quelque 1000 militaires français déjà présents à Gao, une ville qui se situe également dans le nord du pays.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé mercredi «à la cessation immédiate des combats et à la mise en place d'un cessez-le-feu» à Kidal.

Des coups de feu tirés par toutes les parties

Des habitants et une source à l'ONU ont fait état mercredi de nouveaux affrontements, qui ont commencé en milieu de matinée et étaient audibles lors d'échanges téléphoniques avec un journaliste de l'AFP à Bamako. «L'armée malienne tire, les rebelles touareg aussi», a déclaré un des habitants. «Ça tire fort», a dit un autre. «Les tirs viennent surtout du côté de l'armée malienne», a précisé un troisième.

La source militaire jointe à la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a indiqué que les coups de feu proviennent de toutes les parties, sans les identifier nommément. Elle estime que cet accrochage était prévisible, au regard du «renforcement des positions des uns et des autres», en référence aux renforts annoncés tant des forces maliennes (1 500 hommes) que des groupes armés.

Un haut responsable de l'armée malienne a affirmé qu'il s'agissait d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant