Nonant-le-Pin : la décharge controversée pourra ouvrir

le
0
Nonant-le-Pin : la décharge controversée pourra ouvrir
Nonant-le-Pin : la décharge controversée pourra ouvrir

Les opposants à la décharge de Nonant-le-Pin (Orne) qui se sont mobilisés depuis plus d'un an viennent de perdre une bataille. La cour d'appel de Caen vient d'annuler ce mercredi la fermeture du site contesté de la société Guy Dauphin Environnement (GDE), situé près du célèbre Haras du Pin, dans l'un des berceaux de l'élevage équin français. La société GDE, un des leaders du recyclage industriel en France, avait été condamnée le 13 mai 2014 par le tribunal correctionnel d'Argentan à 10 000 euros d'amende et à la fermeture de la décharge pour y avoir entreposé 1 856 tonnes de déchets illégaux.

Soutenu par la Fédération Internationale des éleveurs de pur sang (ITBF), le monde du cheval est très mobilisé contre ce site dont l'ouverture a été autorisée malgré un avis défavorable de la commission d'enquête publique. Les opposants dénoncent ce centre de stockage qui doit devenir la plus grande décharge de résidus de broyats automobiles de France avec les risques de pollution de l'air et des sols.

Lors de l'audience en appel le 3 novembre, GDE avait reconnu qu'elle n'aurait pas dû stocker ces 1 856 tonnes de déchets contenant des morceaux de pneus, et s'était dite, par la voix de son avocat Maître Louis Narito Harada, «résolue à respecter la réglementation». En outre, la cour d'appel s'est appuyée sur la nouvelle jurisprudence de la Cour de cassation qui interdit à une personne morale comme GDE d'être condamnée «sans que soit également désignée une personne physique responsable de l'acte».

Les opposants qui avaient bloqué l'entrée de la décharge pendant plusieurs mois avant d'être expulsés le 6 octobre 2014 restent toutefois mobilisés avec le soutien d'élus EElV comme José Bové qui viennent de demander l'intervention de Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement.

Les opposants «scandalisés par cette décision inique»

«C'est une décision inique et ahurissante, quand on sait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant