Non, Rémi Talès n'a pas volé la place de François Trinh-Duc

le
0
Non, Rémi Talès n'a pas volé la place de François Trinh-Duc
Non, Rémi Talès n'a pas volé la place de François Trinh-Duc

Personne ne parlait de lui jusqu'à ce qu'il "vole" la place de François Trinh-Duc pour la Coupe du monde en Angleterre. Rémi Talès, qui sera titulaire à l'ouverture contre la Roumanie ce mercredi (21h), s'est alors retrouvé au cœur des critiques. Injustes pour ceux qui le connaissent et l'ont vu changer de dimension en quelques années.

"#JesuisFrançois." Ce tweet écrit le 23 août dernier par le demi de mêlée du Stade français Julien Dupuy n'a pas seulement fait marrer tout le monde. Il a aussi symbolisé la consternation générale après l'annonce de la liste des 31 Bleus retenus pour le Mondial en Angleterre. Appelé dans une première liste de 36 joueurs, François Trinh-Duc, pourtant considéré par beaucoup comme le meilleur demi d'ouverture français du moment, a été écarté par Philippe Saint-André, au même titre que Xavier Chiocci, Sébastien Vahaamahina, Loann Goujon et Rémi Lamerat. Les défenseurs du numéro dix de Montpellier s'en sont pris au sélectionneur français, mais aussi à celui qui a selon eux "volé" sa place.

"Ça l'a touché qu'on lui fasse ce procès"


Discret, rarement mis en avant par les médias, Rémi Talès, 31 ans, s'est du jour au lendemain retrouvé au centre de toutes les attentions. Et de toutes les critiques. S'il a validé son billet pour la Coupe du monde, ce serait uniquement parce que Saint-André n'a jamais apprécié Trinh-Duc et que Jules Plisson, l'ouvreur du Stade français, s'est blessé à l'épaule en avril. "Il y a un manque de respect envers Rémi, s'était alors agacé PSA en conférence de presse début septembre. Il a gagné un titre de champion de France, il est dans le groupe depuis deux ans. C'est un grand monsieur et j'ai vu un manque de respect à son égard qui me chagrine."

Malgré le soutien de son sélectionneur, le futur joueur du Racing 92, qui s'est installé à Meudon (Hauts-de-Seine) cet été, n'est pas resté insensible à toutes ces critiques. "Ça l'a touché qu'on lui fasse ce procès, avoue David Darricarrère, qui est resté très proche de son joueur après l'avoir entraîné en minimes, puis en pro à La Rochelle et à Castres jusqu'à la saison dernière. Il n'y est pour rien, il a fait tous les efforts nécessaires pour faire partie de cette aventure. On l'a mis dans cette polémique qui pour lui n'existait pas. Il a mérité sa place, il ne l'a volée à personne."

Premiers pas en Top 14 à 26 ans


Darricarrère le sait mieux que personne, Rémi Talès a énormément travaillé pour en arriver là. Pas passé par les filières de formation classiques du rugby français, le natif de Mont-de-Marsan a mis du temps à éclore au plus haut niveau. Il a fait ses armes en…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant