Non-lieu requis dans l'affaire Georges Tron

le
3
NON-LIEU REQUIS DANS L'AFFAIRE GEORGES TRON
NON-LIEU REQUIS DANS L'AFFAIRE GEORGES TRON

PARIS (Reuters) - Le parquet d'Evry a délivré un réquisitoire de non-lieu dans l'affaire visant le maire UMP de Draveil (Essonne) Georges Tron, accusé de viol par deux ex-employées municipales, a-t-on appris mercredi auprès des avocats des parties civiles.

La décision finale revient aux juges d'instruction qui peuvent soit décider de suivre le réquisitoire du parquet soit de renvoyer l'ex-secrétaire d'Etat devant la justice.

Georges Tron et son ancienne adjointe à la culture à la mairie de Draveil Brigitte Gruel sont poursuivis pour "agressions sexuelles et viols en réunion". Les deux ex-employées municipales les accusent de viols pratiqués sous prétexte de réflexologie.

George Tron nie et parle d'un complot fomenté par l'extrême droite pour le discréditer.

Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mercredi 15 mai 2013 à 18:56

    C'est le pied pour Tronc !

  • M5441845 le mercredi 15 mai 2013 à 18:48

    En 2011, il fallait faire contrepoids a l'affaire DSK. Lynchage médiatique d'un ministre qui a du démissionner, une carrière et une vie foutu en l'air et a l'arrivée: Rien. Ou il n'y avait rien, ou le juge a été trop nul pour le trouver, ou tout le monde s'est trompé. Le non lieu ne fera pas les titres de la presse...

  • M8303372 le mercredi 15 mai 2013 à 18:37

    Mais bien sur et la marmotte elle met le chocolat dans un escarpin lol