Non, le stationnement ne sera plus gratuit à Paris en août

le
1

La mairie a mis fin à la gratuité du stationnement au mois d'août afin d'éviter que les automobilistes n'immobilisent trop longtemps leur véhicule. Revue de détail sur ce qui va changer.

«Vivement le mois d'août!», s'écrie une automobiliste le 30 juillet en renflouant un parcmètre du côté de la place de Clichy. Elle va être déçue. Contrairement à ce qu'elle croit, le stationnement ne sera plus gratuit en août comme c'était le cas jusqu'à l'été dernier. La mairie de Paris a décidé et fait voter en décembre la fin de ce que de nombreux automobilistes attendaient avec impatience. «La perception de la taxe de stationnement a lieu tous les jours, sauf les dimanches et les jours fériés, quel que soit le régime de stationnement, de 9h à 20h», indique la décision du conseil municipal.

La mairie justifie cette modification en arguant que cela «contribuera au dynamisme économique de Paris». En effet, la mesure permettrait «d'introduire plus de flexibilité dans le stationnement rotatif». «Un des objectifs est d'inciter les automobilistes à ne pas immobiliser longtemps une place de stationnement dans des zones dites ‘rotatives', c'est-à-dire dans les rues où des établissements génèrent des déplacements et des besoins en stationnement de courte durée (les commerces et activités professionnelles notamment)».

• Mais alors, combien vais-je payer?

Deux systèmes de tarifications sont mis en place: l'un pour les visiteurs, l'autre pour les résidents.

Les visiteurs devront s'acquitter d'un tarif fixé en fonction de la zone dans laquelle ils stationnent. Paris est ainsi divisée en deux zones (et non plus trois comme auparavant): la première comprend les arrondissements les plus centraux (1er, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 10e et 11e), la seconde ceux plus éloignés (12e, 13e, 14e, 15e, 16e, 17e, 18e, 19e et 20e).

L'automobiliste s'en tirera pour 4 euros de l'heure s'il stationne dans la première, contre 2,40 euros seulement dans la seconde. La facturation se fait par tranche de 15 minutes et le stationnement est limité partout à deux heures.

Quant aux résidents, ils devront eux payer leur droit de stationnement comme les autres mois. Il est possible de payer le stationnement à la journée (à raison de 1,5 euro par jour) ou à la semaine (9 euros). Le véhicule ne doit dans tous les cas pas stationner plus de sept jours consécutifs, dimanche compris, sur le même emplacement.

• Comment payer?

La solution la plus classique reste l'horodateur, en petites pièces ou par carte bancaire.

La mairie a également mis en place la Parie carte, qui est une carte à puce prépayée permettant de régler son stationnement directement aux horodateurs, dans la limite du chargement de la carte.

Si vous êtes adepte du paiement sans contact, vous pouvez également utiliser l'application PMobile, solution de paiement à distance accessible depuis début juillet aux visiteurs comme aux résidents.

• Existe-t-il d'autres solutions de stationnement?

À Paris, les places de stationnement dans les rues ne représentent que 18% des capacités de stationnement de la capitale. Ceux qui ne trouvent pas de place libre devant leur immeuble devront se rabattre sur l'un des 165 parkings de la ville sous concession privée.

• Et si je ne veux pas payer?

Il vous en coûtera au minimum 17 euros d'amende.

Pour ceux qui préféreraient s'éviter la pénible contrainte de chercher une place libre, il reste l'Autolib'!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chiche21 le vendredi 31 juil 2015 à 10:20

    payer payer toujours payer !!!