Non, le beaujolais n'est pas forcément nouveau (et mauvais)

le
0
Non, le beaujolais n'est pas forcément nouveau (et mauvais)
Non, le beaujolais n'est pas forcément nouveau (et mauvais)

Dans la nuit de mercredi à jeudi, à minuit, les tonneaux rouleront sur la place des Terreaux à Lyon (Rhône) avant d'être percés pour lancer les festivités dans le monde entier. L’arrivée du beaujolais nouveau chaque troisième jeudi de novembre, c’est cet immanquable de l’automne, au cours duquel chaque comptoir a le droit à cette sempiternelle remarque : «Alors, il aura quel goût cette année? Framboise, fraise, banane?».

 

 

Depuis 1951 et la sa démocratisation dans le monde entier grâce à un arrêté, les critiques fusent contre ce produit jugé de «mauvaise qualité» et «trop marketing». Niveau qualité, «les 2016 misent plus sur l'élégance que sur la puissance et conservent un parfait équilibre entre acidité, fruits et structure», promet Bertrand Chatelet, directeur de la Sicarex, l'institut de recherche de l'inter-profession.

 

En réalité, ce vin, c’est un peu comme les chasseurs. Il y en a des bons et des mauvais. Preuve en est le 30 décembre 2014 : l’Organisme de défense et de gestion (ODG) des crus du Beaujolais a choisi de se séparer de celui des beaujolais-beaujolais-villages afin de dissiper le malentendu. Explications. 

 

Une fracture Nord-Sud

La qualité de ce petit vignoble français de 22 000 ha, s'étendant de Mâcon aux monts du Lyonnais, est plus hétérogène qu'on ne le pense. Les vignes du beaujolais nouveau, qui représentent la moitié de la production totale, soit trente millions de bouteilles dont sept à destination du Japon, se situent dans le sud de la région. Sur ce terrain très calcaire, les vins vieillissent très peu. Mais plus on monte, plus ils gagnent en saveur et en prestige. De ce côté de la rivière Nizerand, les sols de granite et de schiste abritent des vins de garde. Place aux beaujolais-villages puis, stade ultime, aux dix grands crus labellisés «Bourgogne gamay» (Brouilly, Côte de Brouilly, Juliénas, Saint-Amour, Chénas, Moulin-à-vent, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant