Non, la «Santa Maria» de Christophe Colomb n'a pas été retrouvée !

le
0
Non, la «Santa Maria» de Christophe Colomb n'a pas été retrouvée !
Non, la «Santa Maria» de Christophe Colomb n'a pas été retrouvée !

L'incroyable découverte, qui avait fait grand bruit au printemps dernier, n'en est finalement pas une. Contrairement à ce qu'affirmaient alors des archéologues américains, l'épave du navire retrouvé en mai au large de Haïti n'est pas la Santa Maria, navire amiral de Christophe Colomb, vient d'annoncer l'Unesco. L'Organisation des Nations unies pour l'éducation et la culture se base sur la conclusion des experts envoyés sur le site à la demande du gouvernement haïtien.

Une épave trop récente

«Il y a maintenant une preuve incontestable que l'épave est celle d'un navire d'une période beaucoup plus tardive», explique l'organisation dont le siège est à Paris. Le rapport d'experts, s'appuyant sur des fouilles sous-marines effectuées du 9 au 14 septembre, souligne que «les éléments de fixation trouvés sur le site (...) témoignent d'une technique d'assemblage remontant à la fin du 17e siècle ou du 18e siècle». Ils sont en effet en cuivre alors qu'auparavant «les éléments de fixation utilisés dans la construction navale étaient en fer ou en bois», relève l'Unesco.

«Par ailleurs, au vu des récits d'époque - notamment le journal de bord de Christophe Colomb retranscrit par Bartolomé de Las Casas -, l'épave se trouve trop loin du rivage pour être celle de la Santa Maria», souligne l'Unesco.

La désillusion

De quoi doucher les espoirs des archéologues américains, qui avaient affirmé à grands renforts de communication avoir retrouvé au nord des côtes haïtiennes l'épave de la Santa Maria, le navire amiral à bord duquel le célèbre explorateur avait découvert l'Amérique en 1492. L'un d'entre eux, Barry Clifford, avait alors affirmé lors d'une conférence de presse à New York qu'il avait peu de doutes sur l'identification du navire. «Tous les indices tendent à prouver que le bateau est selon toute vraisemblance la Santa Maria», avait-il asséné, évoquant «l'Everest des épaves».

L'épave avait été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant