Non, il n' y a pas d'effet «Coupe du monde» sur l'économie mais...

le
1
Non, il n' y a pas d'effet «Coupe du monde» sur l'économie mais...
Non, il n' y a pas d'effet «Coupe du monde» sur l'économie mais...

Quels rabat-joie, ces économistes ! Dans l'euphorie de la victoire des Bleus, qui ont décroché mardi soir leur ticket pour le mondial brésilien, on se prendrait presqu'à croire à des lendemains meilleurs sur le terrain non plus footballistique... mais économique. Après tout, un climat de confiance n'est-il pas bon pour les affaires?

Ce serait largement surestimer le lien entre le moral et les affaires, répondent les économistes : guère plus d'une éclaircie dans la sinistrose, la victoire des Bleus face à l'Ukraine et leur participation à la Coupe du Monde n'aura aucun impact sur l'économie hexagonale, lancinante.

« Pour un pays organisateur, malgré toute l'activité économique que génère une telle compétition, l'impact ne dépasse généralement pas 1% de PIB, ce qui n'est pas énorme », constate d'emblée Nathalie Hénaff, économiste au Centre de droit et d'économie du Sport (CDES), « Alors pour un participant, les conséquences sont infimes » ajoute l'économiste, interrogée par leparisien.fr.

Quelques secteurs peuvent souffler

Ce qui ne veut pas dire que personne n'en profite : un diffuseur comme TF1, qui a acheté les droits, va pouvoir miser sur un retour d'investissement conséquent en termes d'audience. Avec 13,5 millions de téléspectateurs, la chaîne a déjà enregistré mardi soir son plus fort score de l'année. La chaîne s'assure également une véritable attractivité auprès des annonceurs. Et si les Bleus font un beau parcours, la presse sportive devrait également en profiter, un journal comme l'Equipe ayant atteint des chiffres records aux lendemains des victoires de 1998 et de 2000.

VIDEO. L'impact de la qualification des Bleus sur l'économie

Pour la Fédération de football, la qualification des Bleus est également signe de réjouissance. Au moins 8 millions d'euros vont lui être alloués par la Fifa à ce titre, même si la moitié terminera en primes, selon les calculs de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti le mercredi 20 nov 2013 à 18:41

    "Mais un effet "pari sportif", je disais a mon gosse hier de parier sur 3/0. Et il l'as pas faits. C'était tellement cousue de fil blanc. Faut bien compenser les75%, comme on peut." L o l