Nommé ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg prend du galon

le
11
ARNAUD MONTEBOURG, MINISTRE DE L'ÉCONOMIE
ARNAUD MONTEBOURG, MINISTRE DE L'ÉCONOMIE

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg, nommé mercredi ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique, a accompli une mue au ministère du Redressement productif dans le précédent gouvernement, en passant de pourfendeur des patrons voyous à héraut de l'industrie française.

Le "troisième homme" de la primaire socialiste de 2011, opposant viscéral à la mondialisation, n'a pas mis dans sa poche ses critiques contre l'Allemagne, l'euro fort, les politiques européennes d'austérité ou la presse anglo-saxonne donneuse de leçons.

Mais il s'est bien gardé de contester publiquement la ligne sociale-démocrate de son ancien adversaire François Hollande, préférant livrer bataille sur le terrain médiatique du "made in France" que d'étaler ses états d'âme.

Si clash il y a eu, c'est avec Jean-Marc Ayrault, au moment de la tentative de sauvetage des hauts fourneaux de Florange (Moselle) fin 2012, quand le chef du gouvernement s'empare du dossier et désavoue son impétueux ministre, coupable d'avoir brandi la menace d'une nationalisation temporaire du site.

Humilié, Arnaud Montebourg pense à démissionner à l'issue de cet incident qui met à mal la cohésion du gouvernement. S'il y renonce, c'est, dit-il après coup, à la demande de François Hollande et du syndicaliste CFDT de Florange, Edouard Martin.

L'affaire laissera des traces au point que l'ambitieux ministre du Redressement productif n'hésite pas à s'afficher sur le terrain, pendant la campagne des municipales, avec un autre adversaire juré de Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls, comme s'il s'agissait de montrer sa compatibilité avec le ministre de l'Intérieur si celui-ci était appelé à Matignon.

COHABITATION TENDUE AVEC MOSCOVICI

L'événement Florange est révélateur du style des premiers pas d'Arnaud Montebourg à Bercy. Plus que de "redressement productif", c'est à un travail de pompier qu'il doit se livrer face à des accidents industriels en série dus à la crise.

"Patrons voyous" et actionnaires irresponsables sont les cibles de l'élu de Saône-et-Loire qui, frustré de ne pouvoir que constater les dégâts, part en guerre contre la famille Peugeot ou l'homme d'affaires Lakhsmi Mittal, PDG d'Arcelor-Mittal.

Sa cohabitation avec Pierre Moscovici, qui tente tant bien que mal de rassurer des investisseurs étrangers alarmés par cette rhétorique, est tendue.

Le ministre de l'Economie et des Finances doit défendre ses services face à un Arnaud Montebourg qui fustige l'orientation "clairement ultralibérale" de la direction du Trésor.

La création de la BPI (Banque publique d'investissement) est une autre source de tensions. Le ministre du Redressement productif y voit un instrument pour suppléer les banques "qui refusent de faire leur travail, de prendre des risques" au service de l'économie réelle, au risque de tuer des entreprises, un langage bien éloigné de celui de Pierre Moscovici.

Loin d'être une répartition des rôles, leurs divisions sont encore patentes dans le dossier du rachat de Dailymotion par Yahoo, auquel Arnaud Montebourg fait échec pour éviter que la pépite française ne passe sous contrôle américain.

Car ses positions anti-mondialisation trouvent un prolongement dans sa défense du "patriotisme industriel", une campagne qui suscite des échos chez des chefs d'entreprise.

N'hésitant pas à poser en marinière, robot culinaire à la main, pour vanter le "made in France" à la une d'un magazine, Arnaud Montebourg défend le "patronat industriel et patriote" pour mieux l'opposer aux dirigeants d'entreprise "hors sol."

SOUS L'INFLUENCE DE COLBERT

Il s'entoure pour cela d'anciens grands patrons partisans d'un "Etat stratège" - comme Jean-Louis Beffa (Saint-Gobain) et Jean-François Dehecq (Sanofi) - dans une grande tradition colbertiste dont il revendique ouvertement l'héritage et dont il fait un usage étendu.

Il lance ainsi sous le nom de "Colbert 2.0" un logiciel destiné à aider les entreprises à évaluer l'intérêt de relocaliser des activités en France.

Cette politique est pourtant loin de faire l'unanimité et il n'est pas épargné par les critiques quand il s'immisce dans la bataille pour SFR pour soutenir l'offre de Bouygues.

Ses prises de position contre la mondialisation irritent aussi. L'ancien secrétaire général de l'OMC (Organisation mondiale du commerce), Pascal Lamy, dont le nom a circulé un temps pour succéder à Pierre Moscovici, a estimé qu'il avait "quelques problèmes de GPS" en défendant le protectionnisme.

"Si le 'made in France' veut dire que tout le monde fait chez soi ce qu'il consomme, cela veut dire des tee-shirts faits en France et des Airbus faits en Chine. Ce n'est pas le bon avenir pour les travailleurs français", a-t-il dit.

Un autre contentieux l'oppose aux alliés écologistes du Parti socialiste, en raison de son insistance à réclamer une expérimentation sur l'exploitation des gaz de schiste.

Agé de 52 ans, cet avocat avait obtenu en arrivant à Bercy le premier poste important d'une carrière politique entamée avec son élection en 1997 à l'Assemblée comme député de Saône-et-Loire et où il s'est illustré d'abord par ses positions sur la corruption et la nécessité d'une VIe République.

(Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • P.Baelen le mercredi 2 avr 2014 à 15:22

    On est foutu.

  • fbordach le mercredi 2 avr 2014 à 13:41

    Bienvenue au kolkhoze! C'est sur qu'avec une formation d'avocat et tous les succès engranges au ministère du dressement reproductif, il avait la carrure pour réussir...

  • domin288 le mercredi 2 avr 2014 à 13:39

    Idéologie économique identique à celle du FN, voyons ce que cela donnera. Un échec est la France redeviendra plus souple en matière économique. La Crise est toujours présente dans le monde. Même L'Arabie "Heureuse" s'essouffle. Son objectif est atteint reste maintenant à laisser un nom pour la postérité. Je ne partage pas du tout ses idées, mais elles ont le mérites de la constances. @Fortunos : Vos posts n'aportent vraiment rien, tout comme celle de vos têtes de turcs

  • AND.KOTE le mercredi 2 avr 2014 à 12:55

    J apprecie son opposition de Bruxelles mais il est incompetent de par sa formation pour l economie

  • phenix28 le mercredi 2 avr 2014 à 12:34

    aie aie aie aie aie, ouille ouille ouille ouille

  • lorant21 le mercredi 2 avr 2014 à 12:33

    Il a changé dans le bon sens, confronté aux réalités.

  • dcabon le mercredi 2 avr 2014 à 12:32

    Le galon, c'est comme les étagères : plus c'est haut, moins ça sert. Encore un effort Arnaud !

  • fortunos le mercredi 2 avr 2014 à 12:25

    Georg47 si je suis votre raisonnement,il faut regretter qu un gars comme vous ne soit pas ministre.Mais qu attendez vous pour le devenir

  • Georg47 le mercredi 2 avr 2014 à 12:15

    En voilà au moins un qui nous démontre qu'il n'est pas nécessaire d'être nul pour devenir ministre mais que ça aide beaucoup...lol

  • 9LACUZON le mercredi 2 avr 2014 à 12:12

    Ca sent le Sapin, Michel pour ce nouveau gouvernement...