Nominations : la valse de l'été

le
1
Préfets, policiers, directeurs culturels... Les proches de l'ancien président sont priés de laisser la place.

Un peu moins de cent jours après la prise de fonctions de François ­Hollande, le nouveau pouvoir place ses hommes. Doucement, mais sûrement. C'est le spoil system américain mis à la mode hexagonale.

Depuis 1981 et la première victoire de la gauche sous la Ve République, chaque alternance voit tomber des têtes et valser des carrières. On a même vu des règlements de comptes intervenir au sein d'une même famille, entre chiraquiens et balla­duriens jadis, et aujourd'hui encore ­entre sarkozystes et chiraquiens.

La nouvelle équipe récompense les siens, qui attendaient dans l'antichambre depuis dix ans, et sanctionne ceux qui ont été trop proches de l'ancien pouvoir. Cette fois, c'est dans la police que l'on a d'abord avalé la pilule amère. Puis, au fil des Conseils des ministres, la liste des préfets déplacés s'est allongée. Les diplomates sont épargnés, mais les milieux culturels et audiovisuels s'inquiètent. Et le gouvernement affirme qu'il n'y aura pas de chas

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6920174 le dimanche 5 aout 2012 à 08:03

    la purge ! chasser les anciens par des nouveaux , de bonne guerre . mais il faut qu'ils nous disent que ce sont toujours les mêmes depuis 40 ans .gauche -droite voila la démocratie . ils nous prennent pour des C.....