Nomination d'El Khomri : «Hollande dévoile ses batteries au dernier moment»

le , mis à jour à 00:03
3
Nomination d'El Khomri : «Hollande dévoile ses batteries au dernier moment»
Nomination d'El Khomri : «Hollande dévoile ses batteries au dernier moment»

Le journaliste Jean-Pierre Bédéï a publié « Sur proposition du Premier ministre… » aux éditions de l’Archipel (215 pages,‘,95 €), une enquête sur les coulisses des remaniements alors Myriam El Khomri a remplacé mercredi François Rebsamen au ministère du Travail.

Chaque président a-t-il sa manière à lui de composer un gouvernement ?

Jean-Pierre Bédéï. Oui. Le président se concerte avec son Premier ministre mais il garde son pouvoir régalien. Il choisit aux postes-clés des hommes en qui il a personnellement confiance. En mai 1995, Jacques Chirac avait annoncé confidentiellement à Jean-Louis Debré qu’il serait son ministre de l’Intérieur tout en lui faisant promettre de ne rien dire et de faire semblant de découvrir la nouvelle quand Alain Juppé, le nouveau Premier ministre, lui proposera le poste… François Hollande a aussi imposé des personnalités qui sont pour lui incontournables, ceux qui l’ont accompagné dans son ascension : Ayrault, Le Drian, Le Foll, Sapin, Cazeneuve et Valls pour le rôle important qu’il a joué durant la campagne. Mais les présidents n’hésitent pas à se séparer de leurs plus vieux amis lorsqu’ils considèrent qu’ils ne peuvent plus les garder. Ce fut le cas de Poniatowski sous Giscard ou d’Hortefeux avec Sarkozy. Seul l‘inamovible Gaston Defferre avait résisté à Mitterrand, qui voulait s’en séparer au moment de l’arrivée de Fabius à Matignon en 1984. Mais « Gastounet », comme on le surnommait, dût néanmoins rétrograder de l’Intérieur à l’Aménagement du Territoire.

Quelle est la part de l'inattendu ?

Institutionnellement, le président est le maitre du remaniement. Mais il peut être aussi esclave des événements. Après mai 1968, De Gaulle a dû procéder à un remaniement, de même François Mitterrand remplacera Mauroy par Fabius après les grandes manifestations pour l’école libre. Il faut aussi tenir compte des défaillances ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le jeudi 3 sept 2015 à 09:17

    A neuf ans elle était encore a Tanger, dans son pays natal! Le grand remplacement c'est maintenant!

  • M4484897 le jeudi 3 sept 2015 à 09:13

    Tout a l'heure il va aller les chercher directement de l'autre côté de la grande bleue!

  • janaliz le jeudi 3 sept 2015 à 06:05

    Un peu à plat, les batteries...