Nombreuses files d'attente pour l'iPhone 5 en Asie et Océanie

le
0
DE NOMBREUX CONSOMMATEURS ASIATIQUES IMPATIENTS DE DÉCOUVRIR L'IPHONE 5
DE NOMBREUX CONSOMMATEURS ASIATIQUES IMPATIENTS DE DÉCOUVRIR L'IPHONE 5

par Jane Wardell et Tim Kelly

SYDNEY/TOKYO (Reuters) - L'iPhone 5 est en vente ce vendredi sur une bonne partie de la planète, dont la France et, au vu des files d'attente, il représente un argument de poids pour Apple à l'approche des fêtes de fin d'année face à son rival sud-coréen Samsung qui n'a pas dit son dernier mot, surtout devant les tribunaux.

Les opérateurs mobiles d'Asie font état d'une demande sans précédent. Apple a enregistré plus de deux millions de réservations dans les premières 24 heures, soit le double de ce qui avait été constaté pour l'iPhone 4S.

Masayshi Son, un responsable de Softbank, l'un des deux opérateurs japonais commercialisant le combiné, craint même que ma capacité de production du groupe américain soit insuffisante pour répondre à la demande.

Selon Softbank et Singtel, premier opérateur mobile de Singapour, la demande d'iPhone 5 est exceptionnelle parce que ce combiné, entre autres, est adapté aux réseaux 4G, dont les vitesses de transfert de données sont bien plus grandes.

L'Australien Telstra signale que les précommandes en ligne ont été épuisées en un temps record de 18 heures et qu'il discute avec Apple d'un réapprovisionnement deux fois par semaine.

Néanmoins, Samsung, qui est aussi l'un des fournisseurs d'Apple, entend bien jouer les trouble-fête. Il a fait savoir jeudi que ses plaintes dorénavant mettraient également en cause l'iPhone 5.

Apple et Samsung s'affrontent par tribunaux interposés dans 10 pays. Cette bataille de procédures met en jeu le droit de la propriété intellectuelle et chacune des parties veut la gagner coûte que coûte car l'enjeu est la domination du marché des smartphones.

SACS BOURRÉS DE BILLETS

La boutique Apple du centre-ville de Sydney a été la première dans le monde à vendre l'iPhone 5, à 8h00 locale (jeudi 22h00 GMT). Quelque 600 personnes faisaient la queue pour repartir avec le fin combiné à l'écran élargi mais chacune ne pouvait en acheter que deux au maximum.

A Singapour, le personnel aidait les particuliers à transférer leurs données à partir de leur ancien combiné, tandis qu'à Tokyo, les gens faisaient la queue sous la pluie, créant des files s'étirant le long de plusieurs pâtés de maisons.

A Hong Kong, dont la proximité avec la Chine nourrit un marché gris florissant, de petits groupes de personnes, portant des sac à dos bourrés de billets de banque, attendaient devant la boutique Apple dans l'espoir d'arracher des combinés pour les revendre immédiatement après.

Certains analystes pensent qu'Apple pourrait vendre 10 millions d'iPhone 5 d'ici la fin du mois et JP Morgan estime que le lancement de l'appareil pourrait apporter 3,2 milliards de dollars à l'économie américaine au quatrième trimestre.

Les innovations ou mises à jour technologiques du nouvel appareil ne font pas forcément l'unanimité, en particulier l'application propriétaire de cartographie qui se substitue à celle de Google.

Le changement de connectique n'est pas non plus du goût de tout le monde. Ceux qui avaient acheté des équipements annexes aux précédents modèles d'iPhone devront acheter un coûteux adaptateur s'ils veulent les utiliser sur l'iPhone 5.

L'iPhone représente la moitié du chiffre d'affaires annuel d'Apple et sa plus grosse marge. Il est également vendu ce vendredi aux Etats-Unis et dans de grands pays européens. Il sera mis en vente le 28 septembre dans 22 autres pays.

Apple veut l'écouler dans 100 pays d'ici la fin de l'année, intensifiant d'autant la compétition dans un marché du smartphone déjà chauffé à blanc. Samsung est en tête des ventes, tandis que Google domine le segment des systèmes d'exploitation avec son OS Android.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant