Nom de domaines .vin: il faut "un compromis" pour résoudre le conflit

le
0
Nom de domaines .vin: il faut "un compromis" pour résoudre le conflit
Nom de domaines .vin: il faut "un compromis" pour résoudre le conflit

Une résolution du conflit entre la France et l'Icann, le régulateur mondial d'internet, sur la question du .vin "passera par un compromis", explique à l'AFP Akram Atallah, en charge de l'expansion des noms de domaine sur le Web à l'Icann.QUESTION: Où en est le contentieux vous opposant à la France sur la question des noms de domaine liés au vin (.vin), qui a été relancé récemment par la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire?REPONSE: "Même si mon travail concerne en priorité l'application de toutes les procédures que la communauté développe, j'ai pu constater que les relations avec le gouvernement français se sont un peu tendues à cause du .vin et .wine. parce que la façon dont le programme a été développé par la communauté n'a pas pris en considération les appellations d'origine contrôlée.Celles-ci sont protégées par l'Icann de la même façon que toutes les autres marques mais le fait qu'elles n'aient pas une protection spéciale n'a pas été accepté par la France et la ministre l'a répété à plusieurs reprises ces derniers temps. Malgré ces tensions, je crois qu'on essaie ensemble de trouver des solutions. Peut-être qu'on pourra arriver à une solution commerciale, qui permettra à tout le monde d'avoir le confort de se dire que les choses sont enfin réglées à ce sujet.Il ne faut pas oublier que ces appellations vendent une grande partie de leurs vins grâce à internet même si, bien sûr, de faux vignerons ne doivent pas être autorisés à faire de la publicité. Dans l'idéal, par exemple la communauté des vins de Bordeaux devrait acheter bordeaux.vin et ensuite contrôler elle-même les inscriptions pour ne valider que les producteurs locaux. Mais il y a également beaucoup de sites en ligne qui expliquent qu'ils vendent du Bordeaux et du Champagne et qu'ils aident donc les producteurs à réaliser leur bénéfice.Des décisions économiques devront être prises pour élargir les canaux de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant