Nom d'une pipe, pourquoi Gabigol ne joue-t-il jamais ?

le
0

Censé être le nouvel attaquant frisson made in Brazil, Gabriel Barbosa s'enlise sur le banc de l'Inter, où il n'a quasiment pas joué depuis le début de la saison. Complètement mis sur le côté par de Boer, il espère des jours meilleurs sous le règne de Pioli.

16 minutes de jeu. C'était le 29 septembre dernier, lors d'un match nul (1-1) quelconque entre l'Inter et Bologne, lors de la 6e journée de Serie A. À la 74e minute, Frank de Boer s'était enfin décidé à donner un bout de match à son attaquant brésilien, Gabriel Barbosa. À part ça, rien du tout, sauf de malheureuses apparitions dans des matchs amicaux face à Lugano ou Renate. Trois mois après avoir été acheté une trentaine de millions d'euros par l'Inter, Gabigol coute donc presque 2 millions d'euros par minute de jeu. En bref, affirmer que son passage à Milan est en train de tourner au vinaigre est un doux euphémisme. À sa décharge, le Brésilien est arrivé de Santos au début du mois de septembre, a raté la préparation interista en participant aux Jeux olympiques, et a surtout atterri dans un club en pleine pagaille.


Frank de Boer venait tout juste de remplacer Mancini sur le banc, et avant qu'il n'ait eu le temps de mettre ses plans en place, la saison démarrait déjà. Fin octobre, alors que l'Inter avait déjà solidement plongé dans les sales places du classement, le coach néerlandais râlait dans les médias italiens : " Quand vous avez plusieurs semaines pour préparer la saison, vous pouvez apprendre à connaître votre équipe. Nous, on a du faire des tests lors de matchs de championnat. Nous découvrons des problèmes qu'on aurait du régler en pré-saison, et beaucoup de joueurs sont déçus de ne pas jouer. " En pole position, Gabriel Barbosa. Une situation à première vue aberrante pour un type qui avait été arraché par les Milanais au nez et à la barbe de plusieurs gros clubs européens, et qui avait été présenté comme la recrue de l'été.

Un mariage presque gâché par le Barça


Après un été passé à remporter un titre olympique et à agiter le football européen, Gabriel Barbosa avait finalement trouvé son point de chute : l'Inter. Tant pis pour les autres cadors qui le traquaient, Turinois, Barcelonais, Mancuniens bleus ou rouges, Gabigol sera nerazzurro à la rentrée.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant