Nokia Lumia 625 : grand écran, 4G et petit prix

le
0
Nokia Lumia 625 : grand écran, 4G et petit prix
Nokia Lumia 625 : grand écran, 4G et petit prix

Après le Lumia 925, un modèle haut de gamme présenté en juin, puis le Lumia 1020, annoncé la semaine dernière et taillé sur mesure pour les fans de photo avec un capteur géant de 41 mégapixels, Nokia continue son offensive commerciale avec un nouveau smartphone dévoilé mondialement ce matin. L'ex-géant de la téléphonie complète sa gamme avec le Lumia 625, un appareil moyen de gamme que «le Parisien» - «Aujourd'hui en France» a pu tester en avant-première.

Un écran large, un prix serré

Les deux principaux arguments de ce nouveau joujou tiennent en deux chiffres : 4,7 et 299. Le premier correspond, en pouces, à la taille de son écran, soit 12 cm de diagonale. C'est massif, et donc visuellement très confortable, mais sans tomber dans l'excès de certains modèles Android empruntant les mensurations de mini-tablette tactile et d'ailleurs baptisés «phablettes» (contraction de téléphones et tablettes). Le Lumia 625 est un smartphone avant tout qui tient parfaitement dans une seule main et se pilote facilement du pouce. Seul regret, la résolution de l'écran, calibrée à 800/480 pixels, légèrement en deça de la qualité désormais affichée par les produits les plus récents? mais beaucoup plus chers. Car, à seulement 299 ?, le Lumia 625 fait fort. Assez peu cher pour attirer les utilisateurs qui ont craqué pour un abonnement sans subvention (Free, Sosh et autre B&You), loin de la stratégie de ses concurrents coréens, Samsung et LG, associent directement "grand écran", hautes performances techniques et prix à l'avenant.

«C'est un appareil qui remplira les exigences d'une clientèle plutôt jeune, branchée sur les réseaux sociaux mais pas forcément technophile souhaitant suivre la tendance du marché», explique Olivier Lagreou, responsable marketing de Nokia France. Dans cet esprit, le 625 sait s'habiller «jeune» et se différencier de la grisaille technophile ne jurant que par le noir ou le gris ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant