Nokia: l'histoire d'une chute spectaculaire

le
0
Nokia: l'histoire d'une chute spectaculaire
Nokia: l'histoire d'une chute spectaculaire

Tout portait à croire que Nokia resterait l'exemple à suivre en matière de téléphonie mobile. Mais aujourd'hui, la chute de l'ex-géant des télécoms finlandais est spectaculaire. En seulement une demie décennie, le destin de l'entreprise a basculé. En novembre, les actionnaires décideront de vendre toute la division de téléphones à l'américain Microsoft.Comment un tel retournement de situation est-il possible?D'après certains spécialistes, Nokia était au sommet de son activité en 2007. L'entreprise détenait alors près de la moitié du marché mondial des téléphones ayant accès à internet, les tout premiers smartphones.Un succès qui semble lui avoir troublé la vue sur les évolutions en cours à l'époque."Chez Nokia on était devenu arrogants, et par conséquent, trop lents face aux changements mondiaux", a expliqué à l'AFP Mikael Rautanen du cabinet Inderes.Plus les smartphones se sont développés, plus les logiciels et les services ont gagné en importance. Mais pendant trop longtemps, Nokia s'est consacré à de "fausses innovations", a confié à l'AFP un chercheur de l'Institut de recherche économique ETLA, Petri Rouvinen."Il aurait fallu donner la priorité au software au lieu du traditionnel hardware", selon lui.Par ailleurs, l'entreprise est restée longtemps prisonnière de son système d'exploitation Symbian, utilisé jusqu'en 2011. Selon Tero Kuittinen, analyste chez Alekstra, ce système était "obsolète" déjà des années auparavant.Pourtant, l'entreprise avait recruté à partir de 2005 près de 2.000 personnes pour développer Meego, un système d'exploitation haut de gamme. Celui-ci devait faire voir le jour à une plateforme destinée aux futurs smartphones. Mais les résultats obtenus ont été trop maigres. Au même moment, Google développait Android, avec 4 fois moins de personnel.Faute de système d'exploitation solide, Nokia a noué un partenariat avec Microsoft et a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant