Nokia compte supprimer 4.000 emplois supplémentaires

le
0
NOKIA COMPTE SUPPRIMER 4.000 EMPLOIS DANS TROIS PAYS
NOKIA COMPTE SUPPRIMER 4.000 EMPLOIS DANS TROIS PAYS

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - Nokia a annoncé mercredi son intention de supprimer 4.000 emplois dans ses usines de Finlande, de Hongrie et du Mexique, à la faveur du transfert de l'assemblage de ses smartphones en Asie.

L'annonce porte à plus de 30.000 les suppressions de postes prévues sous l'égide de Stephen Elop, directeur général de Nokia depuis septembre 2010.

Sur les nouveaux postes supprimés, 2.300 le seront en Hongrie, un millier en Finlande et le reste au Mexique, a précisé le groupe dans un communiqué.

Nokia précise que les usines des trois pays faisaient l'objet d'un passage en revue depuis l'annonce, en septembre, de la fermeture de son usine de Roumanie.

L'usine finlandaise de Salo, pierre angulaire du succès de Nokia dans les années 1990, était la dernière usine d'assemblage de téléphones portables en Europe occidentale, la plupart des acteurs du secteur ayant délocalisé leur production en Asie.

"C'était inévitable", commente Steve Brazier, directeur général de Canalys, société de recherche en technologie. "Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, il faut reconnaître à Stephen Elop qu'il conduit efficacement le changement".

Vers 10h50, l'action Nokia gagnait 1,24%, faisant mieux que l'indice sectoriel des valeurs technologiques européennes, qui avançait de 0,63%.

ÉROSION DES VENTES

Fin janvier, Nokia a affiché une chute de 73% de son bénéfice du quatrième trimestre. Les ventes de ses nouveaux smartphones équipés du système d'exploitation Windows n'ont réussi ni à écorner la domination de l'iPhone d'Apple ni à compenser l'érosion des ventes de ses précédents modèles de smartphones.

Les ventes de smartphones de Nokia ont chuté de 31% par rapport à l'an dernier.

Le groupe a annoncé en avril 2011 son intention de supprimer 7.000 emplois avant de dévoiler, en septembre, 3.500 suppressions de postes supplémentaires.

Sa coentreprise d'équipements de réseaux mobiles, Nokia Siemens, a de son côté annoncé en novembre 17.000 suppressions de postes, soit près du quart de ses effectifs.

Le groupe comptait 130.000 employés à la fin 2011, en incluant Nokia Siemens.

Avec Terhi Kinnunen; Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant