Nokia, BlackBerry, Motorola: à la recherche de la gloire perdue

le
0
Nokia, BlackBerry, Motorola: à la recherche de la gloire perdue
Nokia, BlackBerry, Motorola: à la recherche de la gloire perdue

Pionniers de la téléphonie mobile, ils sont désormais à la traîne: le finlandais Nokia, l'américain Motorola et le canadien BlackBerry affichent leurs espoirs de reconquête au congrès mondial du secteur à Barcelone, mais les analystes sont pessimistes."Tous ces fabricants historiques de téléphones comme Nokia, Motorola et BlackBerry ont complètement raté le coche quand les smartphones sont arrivés", résume Bengt Nordstrom, patron du cabinet suédois de consultants Northstream.L'état de leurs finances est un bon indicateur: ces trois acteurs ont fini 2013 dans le rouge.La branche téléphones de Nokia, bientôt cédée à Microsoft, a essuyé une perte de 780 millions d'euros.La même activité chez Motorola, que Google a vendu au chinois Lenovo, a affiché une perte de 1,029 milliard de dollars (750 millions d'euros).BlackBerry, dont le fonds Fairfax est le premier actionnaire, accumulait une perte de 5,4 milliards de dollars (3,9 milliards d'euros) fin novembre (trois premiers trimestres de son exercice décalé)."Nous sommes clairement là pour nous battre et regagner le terrain perdu", a clamé mardi son PDG, John Chen, en dévoilant les deux premiers mobiles fabriqués par le taïwanais Foxconn, à qui il a confié la production de ses smartphones en décembre, dont le Q20 qui reste fidèle au clavier physique."Notre stratégie pour changer est de se concentrer sur le marché entreprises", a-t-il expliqué car le groupe, qui a construit sa réputation dans le monde professionnel avant de conquérir le grand public, a "toujours été connu comme le numéro un en sécurité".Pourtant, c'est sur son cas que les analystes se montrent les plus sévères: "pour moi, c'est un cas désespéré", confie Bengt Nordstrom. "Ils ont essayé tant de choses par le passé, et rien n'a marché"."Je ne vois pas BlackBerry rester présent très longtemps dans la fabrication de téléphones", dit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant