Noël : gâter ses enfants? sans se ruiner

le
0
Noël : gâter ses enfants? sans se ruiner
Noël : gâter ses enfants? sans se ruiner

Dès aujourd'hui les enfants ? sages bien entendu ? prendront la plume pour lui adresser leurs missives. A condition de bien indiquer son nom sur l'enveloppe, Père Noël, toutes arriveront au secrétariat ouvert par la Poste pour l'occasion ou de lui envoyer par e-mail*. Et au moment de glisser la liste lourde d'attentes dans la boîte aux lettres, ce sont des milliers de parents au budget encore un peu plus restreint cette année qui se mettront en chasse des cadeaux espérés. Car, crise ou pas, Noël reste la fête sacrée des enfants, dont les présents pèsent pour 47% dans le budget global, selon l'étude annuelle du cabinet Deloitte. Voilà nos conseils pour réaliser ces achats dans les meilleures conditions.

1 Commencer? dès maintenant ! Les plus avisés auront même lancé leurs courses en septembre, bénéficiant de promotions, notamment sur la Toile. « A partir de décembre, on constate que les marchands augmentent le prix des jouets », explique Jean-Christophe Janicot, fondateur du site de comparaison Touslesprix.com. Alors que « 8% des consommateurs ayant acheté sur Internet pour leurs dépenses de fin d'année indiquent ne pas avoir été livrés à temps » selon Deloitte, commander en ligne en ce moment permet d'éviter les déconvenues? et les ruptures de stock, observées chaque année aussi bien sur Internet qu'en boutique.

2 Comparer les prix. « Cela implique de prendre son temps, admet Mike Hadjadj, directeur marketing du spécialiste du commerce Generix Group. Mais il faut tout regarder, y compris les frais de livraison : il peut y avoir des coûts cachés derrière une belle promotion. » A l'instar de Touslesprix.com, une série de sites permettent de cibler les meilleures offres : Kelkoo.fr, Twenga.fr, Achetezfacile.com, Prixmoinscher.com ou encore Leguide.com. Certains proposent même d'alerter le consommateur par e-mail lorsque le prix de l'objet convoité s'allège de quelques euros.

3 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant