Noël : êtes-vous plutôt crèche ou sapin ?

le
1
La crèche installée pour Noël devant la basilique Saint-Pierre de Rome, ici en 2009.
La crèche installée pour Noël devant la basilique Saint-Pierre de Rome, ici en 2009.

Tout commence dans les limbes des fêtes païennes, bien avant la naissance du Christ. L'arrivée du solstice d'hiver, fin décembre, entraîne toute sorte de rites célébrant le retour de la lumière après les jours les plus courts de l'année. La forêt et les arbres, symboles sacrés, restent la source de multiples traditions comme la cueillette du gui chez les Celtes ou encore du houx et des branches de sapin, lors de la fête de Yule, dans les pays nordiques.

Ces végétaux persistants, à l'époque de l'année où tout meurt, symbolisent la force de la vie. On les retrouve chez les Romains, lors des fameuses Saturnales qui se déroulent à la même époque : les habitants décorent leur villa de branches d'épicéa ou de lierres verdoyants et participent pendant plusieurs jours à des fêtes très populaires, ponctuées d'imposants festins.

Les protestants s'emparent du sapin

Lorsque le christianisme s'impose dans l'Empire, au IVe siècle, il reprend ces fêtes à son compte et fait coïncider la naissance de Jésus avec la célébration de ces vieilles coutumes au moment du solstice d'hiver. C'est à cette même époque que les premières représentations de la Nativité apparaissent, uniquement sous la forme de peintures ou de mosaïques. Mais dans les contrées barbares, les fêtes anciennes perdurent. La tradition des branches de sapin reste vivace, notamment chez les peuples germains et nordiques. Dans l'Europe chrétienne, le conifère fait peu...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le dimanche 22 déc 2013 à 15:24

    Sapin, c'est de gauche. Crèche, sait pas.