Noël : dans les coulisses d'un hyper juste avant le réveillon

le , mis à jour à 08:26
4
Noël : dans les coulisses d'un hyper juste avant le réveillon
Noël : dans les coulisses d'un hyper juste avant le réveillon

Entouré de brume dans la campagne orléanaise, le parking du personnel de l'Hyper U de Baule (Loiret) est complet. Depuis quatre heures du matin, chacun est à son poste pour faire face à l'une des plus grosses journées d'achats de l'année. Ce vendredi 23 décembre 2016, veille de réveillon, l'hypermarché de 5 600 m2 s'attend à enregistrer au moins 4 000 passages en caisse. « Nous avons avancé le début de la journée d'une heure. De 5 heures à 4 heures pour tout le monde, sauf les caissières », glisse Sébastien Riotte, le directeur du magasin. Au rayon poissonnerie, les grands travaux s'achèvent. Le présentoir de poissons et fruits de mer de 11 m de long a été allongé et recouvert de 2,5 t de glace.

 

Ventes records au rayon poisson

 

Bottes de caoutchouc aux pieds et bonnet de Père Noël sur la tête, les poissonniers s'affairent pour aligner Saint-Jacques à 6,90 €, tourteaux à 11,90 €, homards américains à 19,99 € ou européens à 54,90 €. La gigantesque palette de crevettes échappe de peu à la chute. Les huîtres sont rapidement apportées à l'entrée du magasin. Disposées dans le sas d'entrée, elles seront la première chose que les clients verront en arrivant.

 

Une façon aussi de diviser la file d'attente par deux. « Le rayon poissonnerie multiplie son chiffre d'affaires par sept ou huit pour Noël », explique le directeur, qui avoue qu'à cette heure, « la tension monte. A 8 heures, les allées doivent être dégagées pour le ménage ». Le magasin, qui compte 175 salariés, a embauché quelques étudiants. Mais pour le reste, il a surtout réparti différemment ses forces. Ainsi, Adrien, le responsable du rayon droguerie-parfumerie-hygiène, est détaché pour les deux jours à la pesée des fruits de mer. « Je n'y connais rien, mais les poissonnières servent les clients et me donnent les prix. »

 

Brie aux truffes et gouda au guacamole

 

« Pour Noël, nous avons commandé le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.gigon il y a 12 mois

    Tuerie d'animaux en masse pour satisfaire l'animal humain vorace.

  • frk987 il y a 12 mois

    N'oublions pas que Noël a été fixé fin décembre pour remplacer la fête du solstice, et en fait les gens continuent et perpétuent cette tradition qui n'a rien de religieux. La seule grande fête chrétienne c'est Pâques.

  • frk987 il y a 12 mois

    Lorsque le début de l'année était au 1/04, Noël fête religieuse ne se confondait pas avec la fête païenne du nouvel an. Fêter le nouvel an avec une grande bouffe, pourquoi pas, mais Noël ça me hérisse le poil. La pauvreté du Christ est dévoyée par cette fête devenue païenne.

  • guerber3 il y a 12 mois

    C' est Noël des acheteurs-consommateurs, c' est tout ce qu' il en reste...alors, Daesh a pris la place vide...!