Noël au balcon en France, mais aux tisons à Moscou

le
0

De -25° à Moscou à plus de 24° dans le sud-ouest de la France : la météo fait le grand écart à la veille de Noël en Europe, flirtant avec des records.Le mercure a atteint dimanche 24,3° à Biarritz et à Pau, selon Météo France, des températures près de 12 degrés au-dessus de la normale et proches des records pour la période de Noël.A la même époque, en 1983, on avait atteint 24,4° à Biarritz, et jusqu'à 26° à Tarbes.L'été en hiver ' C'est en tout cas l'image qu'offrait la côte basque ce week-end. Les vacanciers avaient ressorti tee-shirts, shorts et maillots de bain, pour se prélasser au soleil ou patauger les pieds dans l'eau, voire tenter le grand bain pour les plus audacieux."Ce sont quand même des températures remarquables, qu'on n'observe pas tous les ans", a convenu Patrick Galois, prévisionniste à Météo France. Lundi matin, il faisait déjà 20° à Biarritz."A cette époque de l'année, c'est toujours dans ces coins là qu'il fait le plus doux", a-t-il relevé, alors que sur le pourtour méditerranéen, l'humidité qui remonte de la mer freine un peu le thermomètre.Le Sud-Ouest de la France est soumis en ce moment à un flux de sud qui véhicule de l'air doux, un phénomène amplifié par "un effet de foehn, très classique dans ces régions", a expliqué le spécialiste à l'AFP : la masse d'air venue du sud se réchauffe en descendant des Pyrénées, et du coup il fait plus chaud côté français que côté espagnol.Le nord de la France connaît aussi une douceur remarquable pour la période, sinon exceptionnelle, et les pauses entre les achats de Noël se faisaient volontiers en terrasse, dimanche à Paris.-50° en SibérieDans le nord de la France, "c'est surtout la douceur nocturne qui est remarquable", a commenté Patrick Galois, avec des températures supérieures de plus de 10 degrés par rapport à la normale (elles ne sont pas descendues en-dessous de 13° à Paris ou à Nantes, dans la nuit de samedi à dimanche).Plus 10 degrés, mais en dessous de la normale cette fois, en Russie, avec jusqu'à -25° relevés à Moscou, selon Patrick Galois. Un joli cadeau pour les petits Moscovites qui ont été autorisés lundi à sécher l'école, mais cette vague de froid inhabituelle, qui a vu les températures descendre sous les -50° à l'est de la Sibérie, a aussi des conséquences dramatiques.Depuis la mi-décembre, 90 personnes sont mortes de froid en Russie, selon des sources médicales citées lundi par l'agence publique Ria-Novosti, et 83 en Ukraine, selon le dernier bilan officiel.Cette vague de "froid extrême" est probablement la "plus rigoureuse de ces 70 dernières années", selon Régis Crépet, prévisionniste chez Météo-Consult, interrogé par France-Info.La masse d'air très froid présente depuis plusieurs semaines sur l'Europe de l'Est est cependant en train de reculer.Faut-il voir dans ces extrêmes un signe du changement climatique' "Quelques jours de douceur à Noël en France ne font pas le réchauffement climatique, mais des records de douceur qui se multiplient sur les années ou les décennies sont les signes manifestes d'un changement du climat", répond Patrick Galois.La douceur devrait persister toute la semaine sur la France, "avec des hauts et des bas", et pour la Saint-Sylvestre, il devrait faire à nouveau "très doux"."La transition entre 2012 et 2013 va se faire dans la douceur", prévoit Météo France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant