Nobel : une chaise vide et Pékin en furie

le
0
Le comité Nobel, Barack Obama et l'Union européenne ont appelé la Chine à libérer immédiatement le dissident emprisonné, Liu Xiaobo. Furieuse, Pékin évoque une mentalité de guerre froide.

«Liu Xiaobo n'a fait qu'exercer ses droits civiques. Il n'a rien fait de mal. Il doit être libéré», a lancé le président du comité Nobel, Thorbjoern Jagland, avant de déposer symboliquement le diplôme et la médaille Nobel sur la chaise vide reservée au Nobel de la Paix 2010 Liu Xiaobo, vendredi à Oslo. Ancienne figure de proue du mouvement de Tiananmen en 1989, Liu Xiaobo purge une peine de 11 ans de prison pour «subversion du pouvoir de l'Etat» après avoir corédigé la «Charte 08», un texte qui réclame une démocratisation de la Chine. Il a été très longuement ovationné par la salle.

Le président américain Barack Obama et la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton - qui n'assistaient pas à la cérémonie -ont fait écho au président du Nobel en réclamant la libération immédiate du dissident. «M. Liu Xiaobo mérite beaucoup plus cette récompense que moi», a même estimé le président Obama, prix Nobel de la paix 2009. La France, de son côt

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant