Nobel de la paix : la lutte contre le terrorisme «priorité absolue» des lauréats tunisiens

le
2
Nobel de la paix : la lutte contre le terrorisme «priorité absolue» des lauréats tunisiens
Nobel de la paix : la lutte contre le terrorisme «priorité absolue» des lauréats tunisiens

Le quartette pour le dialogue national tunisien, qui a reçu,  jeudi à Oslo, le prix Nobel de la paix, a appelé la communauté internationale à faire de la lutte contre le terrorisme «une priorité absolue». «Aujourd'hui, nous avons grandement besoin d'un dialogue entre les civilisations et d'une coexistence pacifique dans le respect de la diversité et de la différence. Aujourd'hui, nous avons besoin de faire de la lutte contre le terrorisme une priorité absolue», a déclaré Houcine Abassi, secrétaire général du syndicat UGTT, une des figures du quartette. Il a aussi dénoncé les «actes terroristes barbares et haineux» perpétrés ces derniers mois en Tunisie et à travers le monde, de Paris à Beyrouth et de Charm el-Sheikh à Bamako.

Évoquant elle aussi ces attaques, la présidente du comité Nobel, Kaci Kullmann Five, a estimé qu'elles nécessitaient une réponse unie de la communauté internationale. «Parce que la menace est essentiellement la même pour nous tous, nous devons nous rassembler pour la combattre», a-t-elle dit devant un parterre de personnalités, dont le roi Harald de Norvège, réunies à l'Hôtel de ville d'Oslo.

Fragile démocratisation

Outre l'UGTT, le quartette comprend l'organisation patronale Utica, la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) et l'Ordre national des avocats. Ce quatuor ayant permis par le dialogue entre les islamsites et une opposition dite laïque à une transition démocratique, avec l'adoption d'une nouvelle constitution et des élections libres, s'est vu attribuer la prestigieuse récompense pour avoir contribué à sauver la fragile démocratisation de la Tunisie en 2013. Ce, alors que la Libye voisine, la Syrie, le Yémen et l'Égypte sombraient dans la guerre fratricide, le chaos ou la répression.

Cependant, le processus de démocratisation engagé en Tunisie demeure fragile face à la menace jihadiste. Après un attentat-suicide contre un autobus de la sécurité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 il y a 12 mois

    tous mes respects

  • M3182284 il y a 12 mois

    Quand-est-ce qu'on en fait autant?