NNIP : les politiques monétaires dans les émergents s'assouplissent mais la Chine est préoccupante

le
0

(AOF) - NNIP a livré une analyse des politiques monétaires des pays émergents dans laquelle la société constate que ces dernières sont plus accommodantes aujourd’hui qu’à tout autre moment au cours des trois dernières années. Ainsi, le 8 août, l’indicateur de position de la politique monétaire de NNIP (basé sur le taux directeur des banques centrales, le taux des swaps sur taux d’intérêt à un an, le taux des obligations à cinq ans et la croissance réelle de M2 dans les 20 principales économies émergentes) se situait à 1,05 sur une échelle allant de -3 à +3.

"Notre indicateur des positions des politiques monétaires a augmenté considérablement depuis mai, ce qui montre que les conditions monétaires ont été assouplies récemment. Pour les marchés obligataires de l'univers émergent, ceci est très important. Non seulement parce qu'une baisse des taux propulse la valeur des obligations à la hausse, mais aussi parce qu'une poursuite de l'assouplissement des conditions financières devrait contribuer à un élargissement et à un renforcement de la reprise de la croissance dans les marchés émergents", décrypte Maarten-Jan Bakkum, stratégiste pour les marchés émergents chez NN IP.

Ces résultats ont été annoncés alors que les dernières statistiques économiques en provenance de Chine montrent qu'en juillet, les ventes au détail ont augmenté de 10,2% par rapport à l'année dernière, ce qui est néanmoins inférieur à la hausse de 10,6% observée en juin. La production industrielle a, pour sa part, augmenté de 6% par rapport à l'année passée, mais ce résultat reste inférieur aux attentes. Les exportations se sont repliées de 4,4% en glissement annuel et les importations (-12,5%) ont également été plus faibles que prévu.

Et pour Maarten-Jan Bakkum, c'est bien cette détérioration des données chinoises qui devrait préoccuper les investisseurs. "Nous pensons toujours que l'économie chinoise affiche des chiffres raisonnables, mais nous avons à nouveau des doutes sur la stabilisation de la croissance. La croissance des ventes immobilières semble avoir atteint son sommet, tandis que la croissance des investissements privés continue à avoir des ratés. La situation au niveau des flux de capitaux constitue cependant un important changement positif par rapport à l'année passée et au début de cette année. Les autorités sont, en effet, parvenues à stabiliser les flux, ce qui suggère que les décideurs politiques contrôlent à nouveau la situation", explique-t-il.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant