NKM prône une hausse des déficits pour baisser les charges

le
10
NKM DÉFEND UNE HAUSSE DES DÉFICITS POUR BAISSER LES CHARGES
NKM DÉFEND UNE HAUSSE DES DÉFICITS POUR BAISSER LES CHARGES

JOUY-EN-JOUSAS, Yvelines (Reuters) - Nathalie Kosciusko-Morizet, numéro deux du principal parti d'opposition Les Républicains (ex-UMP), s'est déclarée jeudi en faveur d'une baisse de charges de 100 milliards d'euros pour les entreprises, quitte à creuser temporairement les déficits.

Cette proposition est à rebours du consensus à droite sur la poursuite encore plus vigoureuse du processus d'assainissement budgétaire engagé par François Hollande depuis 2012 et dont le rythme est souvent jugé insuffisant à Bruxelles ou à Berlin.

"Là où c'est subversif, c'est que cela veut dire, et je ne le cache pas, un creusement du déficit", a-t-elle déclaré lors d'une conférence lors de l'université d'été du Medef.

"Cela ne sert à rien aujourd'hui d'imaginer changer les choses à la marge, il faut véritablement avoir une politique radicale, il faut accepter l'idée qu'on doit renverser la table", a-t-elle ensuite expliqué à Reuters.

Pour l'ancienne candidate à la mairie de Paris, il n'est plus possible de conserver une stratégie par laquelle la droite, une fois au pouvoir en 2017, réduirait d'abord les dépenses pour engager par la suite un allègement des charges.

"Ce sera trop tard, on mourra guéri, je comprends cette logique mais je pense qu'elle n'est pas à la hauteur de l'urgence et je veux proposer d'inverser la logique".

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, il faut ainsi faire baisser les charges sur les entreprises "par l'ascenseur, et descendre en même temps les déficits par l'escalier", ce qui implique que durant quelques années, les économies et les réformes structurelles engagées ne couvriraient pas les réductions fiscales accordées aux entreprises.

La députée de l'Essonne, qui prône un transfert d'une partie du financement de la sécurité sociale des entreprises vers la consommation ou la fiscalité verte, estime qu'une telle stratégie pourrait être acceptable par la Commission européenne à condition que les réformes structurelles engagées en parallèle soient convaincantes.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le jeudi 27 aout 2015 à 16:09

    Cette NKM (des beaux quartiers) est quelque peu tête en l'air ... à l'approche des élections !!! Mais on la connaît, les réalités de la société et des entrepreneurs ne sont pas sa tasse de thé !!!

  • bernm le jeudi 27 aout 2015 à 16:06

    C'est pourant simple. Baisse des depenses (fn status fonctionnaire, caisse et mode calcul des retraites universalise), et les economies vont a moitie au remboursement de la dette, l'autre a la baisse des charges du travail.

  • M8603854 le jeudi 27 aout 2015 à 15:28

    Moins courageux que faire sauter le smic et réformer le code du travail, et mortel pour la consommation vu les transferts d'impôt nécessaires sur les premières années.

  • tropfort le jeudi 27 aout 2015 à 15:23

    C'est quoi, sa dope ?

  • tropfort le jeudi 27 aout 2015 à 15:22

    A force de cotoyer les bobos parisiens, elle commence à avoir des idées du PS. Alors que c'est simple ; il suffit d'arrêter d'embaucher chaque jour de nouveaux fonctionnaires quand certains partent en retraite. Mais encore faudrait-il qu'on n'ait pas un Président des fonctionnaires...

  • dotcom1 le jeudi 27 aout 2015 à 15:00

    On veut bien vous l'échanger contre Macron.

  • M6445098 le jeudi 27 aout 2015 à 14:40

    encore une bonne gestionnaire!!! pour baisser les impôts, il faut commencer par baisser les dépenses publiques et mener une politique de réformes et de rigueur.

  • lorant21 le jeudi 27 aout 2015 à 14:31

    Baisser les charges ET baisser les dépenses publiques.

  • M4709037 le jeudi 27 aout 2015 à 14:30

    que dirait Bruxelles, Merkel ? Donc du n'importe quoi ? Faut-il faire Polytechnique pour sortir ces âneries impraticables dans le système européen ? Signe que les politiques responsables des traités signés sont paumés et en perdition. Il est vrai que NKM se singularise par ses propositions bizarres et loufoques : ne proposait-elle pas lors des municipales de Paris de construire des logements sur le périphérique ?

  • bsr16 le jeudi 27 aout 2015 à 14:18

    aller encore une qui veut nous endetter ...ils veulent nous faire devenir comme la Grèce ???

Partenaires Taux