NKM, la candidate "2.0"

le
0
Nathalie Kosciusko-Morizet en campagne à Lyon pour la primaire des Républicains, le 1er juin 2016.
Nathalie Kosciusko-Morizet en campagne à Lyon pour la primaire des Républicains, le 1er juin 2016.

Quand elle était petite, Nathalie Kosciusko-Morizet s'imaginait le monde du futur avec des robots partout et des vaisseaux spatiaux intergalactiques. C'était l'époque d'Albator, le corsaire de l'espace. Devant Récré A2, la coupe au bol, en tee-shirt orange, elle regardait ce manga avec ses frères. Le héros de Matsumoto veillait alors sur la galaxie et «?sur la liberté aussi?». Liberté portée aux nues par celle qu'on appelle aujourd'hui «?NKM?».

En 2016, on ne circule toujours pas en vaisseau spatial et les robots n'ont pas encore (complètement) remplacé les hommes. Mais avec un petit appareil appelé smartphone et des doigts agiles, on peut diffuser une vidéo en direct dans le monde entier, décrocher un job sans sortir son CV, divorcer en ligne, retrouver le titre et l'interprète d'une chanson, éviter les embouteillages, partager ses performances de footing?

C'est dans ce monde-là que vit Nathalie Kosciusko-Morizet, 43 ans. «?Le numérique, ce n'est pas juste un outil, c'est en train de transformer nos vies, nos entreprises?», prêche sans cesse la candidate la plus connectée de la primaire Les Républicains. L'iPhone ? habillé de cuir ? toujours à portée de main, et l'iPad mini jamais très loin. «?Elle est même un peu plus geek que moi », nous confie son frère, le «?business angel?» Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur de Price Minister, qui lui présente des «?startupeurs?»....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant