Nissan va poursuivre les discussions avec l'Etat sur Renault

le
0

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Le conseil d'administration de Renault RENA.PA a échoué vendredi à résoudre son bras de fer avec l'Etat français au sujet de son alliance avec Nissan 7201.T , le japonais acceptant de poursuivre les discussions. Le constructeur français a tenu vendredi une session d'urgence de son conseil pour étudier sa stratégie dans le cadre du conflit ouvert entre son PDG Carlos Ghosn et le ministre de l'Economie Emmanuel Macron. Dans un communiqué publié après la clôture de la Bourse, Renault précise que les discussions se poursuivront entre l'Etat français et Nissan, les deux principaux actionnaires de Renault. "Pour poursuivre les discussions, le conseil d'administration a décidé de s'organiser pour favoriser la recherche et la formalisation d'une solution préservant l'intérêt social de Renault et renforçant l'alliance", précise le groupe français. Selon une source proche du dossier, la réunion s'est bornée à un rappel des positions des uns et des autres. ID:nL8N1314LK La crise a éclaté au grand jour en avril lorsque l'Etat français, principal actionnaire, est monté au capital de Renault pour s'assurer à partir de mars prochain les droits de vote doubles prévus par la loi Florange. Les administrateurs indépendants de Renault ont apporté jeudi publiquement leur soutien à Carlos Ghosn. ID:nL8N1302ZM Renault détient une participation de 43,4% dans Nissan, qui détient 15% du français, mais aucun droit de vote. (Laurence Frost et Gilles Guillaume, avec Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant