Nissan construira son nouveau Qashqai en Grande-Bretagne

le , mis à jour à 16:59
0
 (Actualisé avec des déclarations de May, contexte) 
    LONDRES, 27 octobre (Reuters) - Nissan  7201.T  a annoncé 
jeudi qu'il construirait la nouvelle version de son modèle 
Qashqai sur son site de Sunderland, la plus grosse usine 
automobile de Grande-Bretagne, confirmant une information de 
Reuters sur ce premier gros investissement industriel au 
Royaume-Uni depuis le vote du 23 juin pour la sortie du pays de 
l'Union européenne. 
    Le mois dernier le PDG de Nissan, Carlos Ghosn, avait évoqué 
la possibilité de renoncer au projet de construction du nouveau 
Qashqai sur le sol britannique en l'absence de garanties sur la 
compensation des éventuels surcoûts liés au Brexit.   
    Mais il a déclaré jeudi que le soutien de Londres avait 
contribué à donner le feu vert à cet investissement.  
    "L'engagement du gouvernement britannique sur le fait que 
Sunderland resterait compétitif nous a assurément donné la 
confiance nécessaire pour faire avancer cette décision 
importante", a dit un porte-parole de Nissan. 
    Le groupe japonais, associé de Renault  RENA.PA , a précisé 
que le site de Sunderland assemblerait aussi la prochaine 
version de son modèle X-Trail.  
    Une source proche du dossier a déclaré à Reuters que l'Etat 
britannique apporterait son soutien à Nissan pour les nouveaux 
investissements à engager à Sunderland, précisant que le 
constructeur avait obtenu des garanties écrites. 
    "Ce vote de confiance montre que la Grande-Bretagne est 
ouverte aux entreprises et que nous restons une grande nation, 
tournée vers l'avenir", a déclaré la Première ministre Theresa 
May. 
    La plupart des constructeurs automobiles britanniques ont 
des propriétaires étrangers et ils expédient plus de la moitié 
de leurs exportations vers l'Union européenne (UE). 
    Sunderland, ianugurée par Nissan en 1984 dans le nord-est de 
l'Angleterre, a construit pratiquement une voiture sur trois en 
Grande-Bretagne l'an passé et la décision prise par Nissan était 
d'une importance vitale pour ses 7.000 salariés. 
    Cette région, comme d'autres du tissus industriel du nord de 
l'Angleterre, a voté massivement pour le Brexit alors que les 
industriels et leurs syndicats avaient fait campagne pour le 
maintien dans l'UE.     
 
 (Costas Pitas et Laurence Frost,; Marc Angrand et Wilfrid 
Exbrayat pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux