Nissan annonce des prévisions annuelles sous le consensus

le
0
HAUSSE DE 14% DU BÉNÉFICE NET ANNUEL DE NISSAN
HAUSSE DE 14% DU BÉNÉFICE NET ANNUEL DE NISSAN

par Yoko Kubota

YOKOHAMA Japon (Reuters) - Nissan a déclaré lundi s'attendre à une croissance de ses résultats annuels inférieure aux attentes des analystes et à une marge d'exploitation qui le placerait en queue de peloton du secteur automobile japonais, en raison du coût d'une stratégie de développement offensive.

Le deuxième constructeur de l'archipel table sur une hausse de 4,1% de son bénéfice net sur l'exercice 2014-2015, entamé le 1er avril, grâce entre autres à la progression des ventes de sa marque à bas prix Datsun dans les pays émergents et à son expansion en Chine, le premier marché automobile au monde.

Nissan a précisé prévoir une marge d'exploitation de 5,0% sur l'exercice, en hausse de 0,2 point sur un an, mais qui resterait inférieure à celle de Toyota (8,9% prévu pour 2014-2015) comme à celle de Honda (6,0%).

"Nous nous attendions à ce que les prévisions de Nissan soient inférieures aux attentes des analystes et il semble bien que cela soit le cas. Nous pensons que Nissan va au devant de temps difficiles, à la différence de certains de ses concurrents", a commenté un trader d'une société européenne.

Nissan prévoit un bénéfice net de 405 milliards de yens (2,9 milliards d'euros) sur l'exercice à fin mars 2015, alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donne 425,4 milliards.

A la différence de ses concurrents japonais, le groupe a précisé que les effets de change devraient peser sur ses résultats cette année après les avoir dopés l'an dernier, lorsque la dépréciation du yen a nettement accru les bénéfices rapatriés de l'étranger.

Sur 2014-2015, les effets de change devraient amputer le bénéfice d'exploitation de 55 milliards de yens alors qu'ils l'ont augmenté de 247,6 milliards sur 2013-2014.

GHOSN PAS ENCORE SATISFAIT

Nissan prévoit parallèlement une progression d'un demi-point de sa part de marché mondiale, à 6,7%, même s'il a promis de privilégier la rentabilité sur les parts de marché, l'accélération de son développement ayant augmenté ses coûts et pesé sur ses marges.

Le groupe est notamment en train d'augmenter ses capacités de production en Thaïlande, en Chine et en Russie.

En Bourse, le cours du groupe a souffert de l'évolution de sa rentabilité: il n'a progressé que de 27% depuis la mi-novembre 2012, lorsque la politique de relance du Premier ministre Shinzo Abe a commencé à doper la Bourse de Tokyo. Sur la même période, Toyota a gagné 80% et Honda 41%.

L'allié de Renault a toutefois surperformé ses deux rivaux depuis le 1er janvier.

Lundi, l'action Nissan a fini en baisse de 0,2% avant l'annonce des résultats et des prévisions, alors que l'indice Nikkei cédait 0,35%.

A Paris, Renault, premier actionnaire du japonais avec un peu plus de 43% du capital, cédait 0,02% à 8h00 GMT alors que l'indice CAC 40 abandonnait 0,14%.

Sur le trimestre janvier-mars, le quatrième de l'exercice 2013-2014, Nissan a vu son bénéfice net progresser de 4,8% sur un an à 114,9 milliards de yens. La moyenne des estimations d'analystes donnait 97,1 milliards.

Le PDG du groupe, Carlos Ghosn, a qualifié les résultats annuels de "satisfaisants" avant d'ajouter: "Ces résultats, qui marquent le milieu de notre plan à moyen terme Power 88, ne reflètent pas encore le véritable potentiel de Nissan."

Il a réaffirmé les objectifs à moyen terme et dit vouloir privilégier la qualité des produits et l'utilisation maximale des capacités de production, ainsi que l'amélioration de la marge d'exploitation.

(avec Hideyuki Sano; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant