Nîmes : Valls au chevet des prisons surpeuplées

le
0
Manuel Valls et Jean-Jacques Urvoas visitent une prison à Caen le 13 juin 2016. Au 1er juillet, la population carcérale a battu un nouveau record avec près de 70 000 détenus pour un peu plus de 58 000 places. 
Manuel Valls et Jean-Jacques Urvoas visitent une prison à Caen le 13 juin 2016. Au 1er juillet, la population carcérale a battu un nouveau record avec près de 70 000 détenus pour un peu plus de 58 000 places. 

Dans les prisons françaises, la cote d'alerte est dépassée. Avec 69 375 personnes incarcérées, le nombre de détenus a atteint en juillet un nouveau record, soit une croissance de 1,2 % sur un mois et de 3,8 % sur un an. Une situation explosive alors que la capacité des établissements pénitentiaires n'était que de 58 311 places opérationnelles. Selon les chiffres de l'administration pénitentiaire publiés le 1er juillet, 1 648 détenus sont, en France, installés directement sur des matelas posés au sol.

Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas se rendront lundi à la maison d'arrêt de Nîmes (Gard), l'une des plus surpeuplées de France, pour tenter de prendre cette question à bras-le-corps. C'est la 2e fois que le Premier ministre se rend dans un établissement pénitentiaire. En juin, il s'était rendu à Caen.

Une situation qui favorise la récidive

Ce lundi, Manuel Valls et Jean-Jacques Urvoas s'entretiendront durant la matinée « avec les personnels de cet établissement pénitentiaire dont le taux d'occupation est parmi les plus élevés de France métropolitaine », a indiqué Matignon, dans un communiqué, qui salue « l'engagement des personnels de l'administration pénitentiaire dans le contexte difficile actuel ».

Un rapport du Conseil de l'Europe publié en mars 2016...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant