Nîmes dites pas que c'est pas vrai ?

le
0
Nîmes dites pas que c'est pas vrai ?
Nîmes dites pas que c'est pas vrai ?

L'affaire a secoué la deuxième quinzaine du mois de novembre. Nimes aurait donc assuré son maintien en s'écartant de quelques règles éthiques, attrapé par le pedigree de Serge Kasparian, son nouvel actionnaire.Un type trapu, aux allures de Joe Pesci, foule un gazon de Bourgogne, qu'on appelle Gaston Gérard. Il aurait sans doute préféré s'avancer vers Ginger McKenna mais il s'approche d'un parcage de Crocodiles en grogne. Leur Nîmes Olympique vient de chuter lourdement à Dijon : 5-1. "Personne ne le connait et il nous demande de nous calmer, que le club avait besoin de notre soutien, commence ce supporter. Il finit par se présenter : Serge Kasparian, récent nouvel actionnaire du club depuis son rachat par le président Conrad.". Au soir de ce 25 avril 2014, Nîmes occupe une inquiétante 17ème place de Ligue 2, à égalité de points avec le premier relégable. "Il a eu cette phrase assez énigmatique : "Ne vous inquiétez pas pour le maintien, ça c'est réglé ", se souvient le supporter. À l'époque, ça nous avait fait sourire, un peu comme la caricature d'un responsable de cercle de jeux avec les fantasmes que ça peut engendrer. Et ajouté à son côté Serge Benamou de La Vérité si je mens, on n'avait pas vraiment pris ça au sérieux." Loin de Joe Pesci finalement. Quoique. Si Serge Kasparian semble lire l'avenir de son nouveau club, il ignore que la Police des Jeux écoute son présent. Depuis le 29 juillet 2013 exactement et l'ouverture d'une information judiciaire sur le Cercle de jeux parisien de Cadet, dont il est le président. Le périmètre de l'enquête est plutôt costaud : extorsion en bande organisée, abus de confiance, blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs.
"Kasparian n'y connaît strictement rien au foot"
Serge embarque alors sans le savoir le petit monde du foot - et de la Ligue 2 - dans les murs des locaux de Nanterre du Service central des courses et jeux. En amont du rachat du club, les desseins de Kasparian semblent plutot clairs, selon une source policière : "Avec son copain Conrad, il voulait racheter le club, le faire fructifier et le lâcher à prix d'or. Il n'y connait strictement rien au foot. C'était uniquement une question de plus value." Et on ne peut certainement pas espérer une grosse bascule financière en restant en Ligue 2 ou en tombant en National. Si Jean-Marc Conrad, lorsqu'il prend la présidence du Nîmes Olympique, décrit les investisseurs l'accompagnant dans l'aventure comme des "sleeping partners", les écoutes révélées par le Canard Enchainé semblent montrer...

Un type trapu, aux allures de Joe Pesci, foule un gazon de Bourgogne, qu'on appelle Gaston Gérard. Il aurait sans doute préféré s'avancer vers Ginger McKenna mais il s'approche d'un parcage de Crocodiles en grogne. Leur Nîmes Olympique vient de chuter lourdement à Dijon : 5-1. "Personne ne le connait et il nous demande de nous calmer, que le club avait besoin de notre soutien, commence ce supporter. Il finit par se présenter : Serge Kasparian, récent nouvel actionnaire du club depuis son rachat par le président Conrad.". Au soir de ce 25 avril 2014, Nîmes occupe une inquiétante 17ème place de Ligue 2, à égalité de points avec le premier relégable. "Il a eu cette phrase assez énigmatique : "Ne vous inquiétez pas pour le maintien, ça c'est réglé ", se souvient le supporter. À l'époque, ça nous avait fait sourire, un peu comme la caricature d'un responsable de cercle de jeux avec les fantasmes que ça peut engendrer. Et ajouté à son côté Serge Benamou de La Vérité si je mens, on n'avait pas vraiment pris ça au sérieux." Loin de Joe Pesci finalement. Quoique. Si Serge Kasparian semble lire l'avenir de son nouveau club, il ignore que la Police des Jeux écoute son présent. Depuis le 29 juillet 2013 exactement et l'ouverture d'une information judiciaire sur le Cercle de jeux parisien de Cadet, dont il est le président. Le périmètre de l'enquête est plutôt costaud : extorsion en bande organisée, abus de confiance, blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs.
"Kasparian n'y connaît strictement rien au foot"
Serge embarque alors sans le savoir le petit monde du foot - et de la Ligue 2 - dans les murs des locaux de Nanterre du Service central des courses et jeux. En amont du rachat du club, les desseins de Kasparian semblent plutot clairs, selon une source policière : "Avec son copain Conrad, il voulait racheter le club, le faire fructifier et le lâcher à prix d'or. Il n'y connait strictement rien au foot. C'était uniquement une question de plus value." Et on ne peut certainement pas espérer une grosse bascule financière en restant en Ligue 2 ou en tombant en National. Si Jean-Marc Conrad, lorsqu'il prend la présidence du Nîmes Olympique, décrit les investisseurs l'accompagnant dans l'aventure comme des "sleeping partners", les écoutes révélées par le Canard Enchainé semblent montrer...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant