Nikolic élu, la Serbie cherche ses marques

le
0
L'Union européenne affirme être prête à travailler avec le nouveau président, qui devra former une coalition au Parlement.

Il a beau vouloir rassurer, les caricaturistes s'obstinent à dessiner Tomislav Nikolic armé d'une «cuillère rouillée» - un clin d'½il à une phrase tristement célèbre de son ancien mentor Vojislav Seselj qui menaçait «d'égorger les Croates» à l'aide de cet ustensile de cuisine. Élu à la surprise générale dimanche avec près de 50 % des voix, le nouveau président nationaliste a visiblement un passé qui ne passe pas.

Lundi matin, les médias belgradois avaient encore du mal à digérer cette victoire que la plupart des journalistes ont annoncé les traits décomposés. Certains l'ont commenté avec des sanglots dans la voix, et des mots comme «honte nationale» et «gueule de bois» ont surgi pour décrire ce lendemain d'élection. «Il s'agit d'un vote contre Boris Tadic et non pas en faveur des idées de Nikolic», a estimé le politologue Dusan Janjic. Jadis porté aux nues, le président sortant a concentré les critiques, les plus cinglantes étant parfois

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant