Nikola Karabatic se défend sur sa page Facebook

le
0
NIKOLA KARABATIC SE DÉFEND SUR SA PAGE FACEBOOK
NIKOLA KARABATIC SE DÉFEND SUR SA PAGE FACEBOOK

MONTPELLIER (Reuters) - Le handballeur vedette Nikola Karabatic, mis en examen dans l'affaire de match présumé truqué qui éclabousse son club de Montpellier, s'est défendu mardi soir sur sa page Facebook des accusations dont il fait l'objet.

Dans une déclaration signée "Niko", le maître à jouer des "Experts" doubles champions olympiques parle d'un "cauchemar" et juge avoir été "livré en pâture" aux médias.

Peu auparavant, le parquet de Montpellier avait annoncé que Nikola Karabatic, son frère Luka et onze autres personnes avaient été mis en examen pour "escroquerie" et placés sous contrôle judiciaire.

Les personnes mises en cause sont soupçonnées d'avoir empoché un total supérieur à 250.000 euros de gains après avoir parié sur un résultat défavorable de Montpellier, club phare du handball français, face à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine) en championnat de France le 12 mai dernier.

"Est-ce que j'ai parié ? NON je n'ai pas parié. Est-ce que ma copine a parié ? Oui. M'a-t-elle mis au courant ? Oui", écrit Nikola Karabatic, qui explique le pari de sa compagne par la démotivation des Montpelliérains, qui étaient déjà sacrés champions avant le match en question, et la hargne de Cesson, alors à la lutte pour le maintien.

"Pour ce qui est des accusations très graves de tricherie elles me font très mal. M'accuser de tricherie et de truquer le match, nous livrer en pâture à la presse est intolérable", poursuit le joueur.

"J'ai dédié ma vie au handball depuis que je suis né. Je me bats pour mon sport et me retrouver dans cette situation est un cauchemar..."

Ces déclarations sont très proches de celles qu'a lues devant la presse son avocat, Me Eric Dupond-Moretti, qui a présenté ces propos comme un compte rendu de l'audition de Nikola Karabatic lors de sa présentation à un juge en vue de sa mise en examen. L'avocat a précisé que le joueur avait fondu en larmes devant le magistrat.

Pour sa défense, Nikola Karabatic rappelle sur sa page Facebook que ni lui ni son frère Luka n'ont disputé le match en question, remporté par Cesson sur le score de 31 à 28.

"Nous accuser moi et mon petit frère d'avoir triché alors que nous n'avons même pas joué et nous arrêter comme des voyous... Je n'ai pas de mots...", écrit-il, avant de remercier ses fans de leur soutien "dans ces moments pénibles".

Jean Décotte, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant