Nihat : "Je n'aurais jamais imaginé être professionnel"

le
0
Nihat : "Je n'aurais jamais imaginé être professionnel"
Nihat : "Je n'aurais jamais imaginé être professionnel"

Véritable légende du Beşiktaş Istanbul et poison au sein des défenses dans les années 2000, Nihat Kahveci donne de son temps depuis la ville de Barcelone. Entretien avec l'un des pionniers du football turc avant ce Turquie-Islande décisif.

Salut Nihat ! Qu'est-ce que tu fais aujourd'hui ? En ce moment, je me forme en tant qu'entraîneur. Je viens juste de récupérer mon diplôme via l'UEFA, là je suis à Barcelone, j'ai pu rencontrer Luis Enrique ici Mon souhait, c'est de rentrer à nouveau dans le monde du football. Quand tu viens de ce milieu-là, c'est difficile de le quitter. Les gens doivent faire un travail dans lequel ils ont des aptitudes, de l'expérience. Revenir sur un banc de touche bientôt, c'est l'objectif.
Si on se concentre un peu plus sur ta carrière, on voit que tu n'as connu que trois clubs : Beşiktaş, la Real Sociedad et Villarreal. La fidélité envers les clubs, c'est quelque chose d'important pour toi ? Dans les trois clubs où je suis passé, je me suis senti vraiment bien. La sélection turque, c'était encore autre chose, j'y ai passé douze ans, c'était une vraie fierté. C'est vrai que certains joueurs se retrouvent avec dix clubs différents à la fin de leur carrière Personnellement, ça me rend fier d'avoir connu tout de suite une stabilité là où je suis passé. C'est un privilège.
Comment as-tu vécu ta jeunesse à Istanbul ? Je suis né à Istanbul même, et j'ai vécu dans le quartier de Bağcılar avec deux autres frères et une sœur. Comme beaucoup de joueurs de foot, je suis issu d'un milieu assez pauvre. Tout petit, j'étais déjà un immense fan de foot mais sincèrement, je n'aurais jamais pensé à cette époque devenir un joueur de football professionnel. Mais dans la vie, on ne sait jamais ce que l'avenir réserve Dès 14 ans, j'ai commencé dans un club amateur et deux ans plus tard, le Beşiktaş Istanbul me repérait pour jouer chez eux, en catégorie de jeunes.
Beşiktaş, c'était le club de tes rêves en Turquie ? Depuis tout petit ! J'avoue que j'ai eu beaucoup de chance à ce niveau-là (rires) !
Comment se sont passées tes premières années au Beşiktaş ? Dès que j'ai été engagé au sein du Beşiktaş, j'ai joué pour l'équipe réserve. Là, j'ai commencé par apprendre beaucoup, à jouer peu. À partir du moment où je jouais de façon régulière, j'ai commencé à marquer but sur but. À cette époque, le club…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant