Nigeria : une attaque de Boko Haram provoque la fuite de milliers de personnes

le
0
Nigeria : une attaque de Boko Haram provoque la fuite de milliers de personnes
Nigeria : une attaque de Boko Haram provoque la fuite de milliers de personnes

Boko Haram continue de sévir au Nigeria. Le groupe islamiste armé a lancé une nouvelle attaque contre une ville du nord-est du pays, Gamboru Ngala, provoquant la fuite de milliers d'habitants vers le Cameroun voisin, selon des témoignages.

Plusieurs groupes de militants lourdement armés de Boko Haram ont attaqué de manière coordonnée à l'aube une base militaire et un poste de police, entraînant d'intenses combats, selon des habitants. «Beaucoup d'entre nous se sont enfuis vers le Cameroun à cause de l'attaque de Boko Haram», a témoigné un habitant de la ville, Hamisu Lawan. Gamboru Ngala, situé dans l'Etat de Borno, est une ville frontalière.

«De fortes détonations ont éclaté à exactement 5h30 (6h30 en France) au poste de police principal de la ville et dans la base militaire à l'extérieur de la ville», a précisé Hamisu Lawan, qui s'est enfui à Fotokol, la ville camerounaise de l'autre côté de la frontière. «Les combats font depuis deux heures maintenant», indiquait lundi matin un autre habitant, Kabiru Muktar, interrogé par téléphone.

Selon des habitants, un avion de combat de l'armée nigériane est intervenu.

La peur d'un nouveau massacre

La population a fui de peur que les militants de Boko Haram ne commettent un nouveau massacre. En mai, les insurgés islamistes avaient déjà attaqué la ville qu'ils avaient quasi entièrement rasée, et ils avaient tué plus de 300 civils. Les militants radicaux ont aussi massacré des centaines d'habitants lors de la prise récente de Gwoza, également dans l'Etat de Borno, ville que le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a déclaré dimanche placée sous le règne du «califat islamique».

«Ils se sont concentrés sur le poste de police et la base militaire mais nous craignons qu'après ils se retournent contre nous», a expliqué un habitant, Kabiru Muktar.

La population a apparemment pu fuir au Cameroun bien que ce pays ait annoncé le 18 août la fermeture de ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant