Nigeria : une attaque de Boko Haram fait au moins 85 morts

le , mis à jour le
0
Nigeria : une attaque de Boko Haram fait au moins 85 morts
Nigeria : une attaque de Boko Haram fait au moins 85 morts

C'est un nouveau drame qui s'est joué au Nigeria. Plusieurs dizaines de villageois ont été tués lors d'une attaque menée samedi soir par des militants islamistes de Boko Haram dans une localité proche de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. Selon le responsable de la santé pour cette région, on dénombrait au moins 85 victimes ce lundi après un premier bilan faisant état de 50 morts le jour des faits. «Au total, 65 corps ont été déposés à l'Hôpital spécialisé, dix autres ont été déposés à l'hôpital universitaire de Maiduguri et 10 autres ont été enterrés hier (dimanche) dans le cimetière communautaire de Dalori», le village de l'Etat de Borno où a eu lieu l'attaque, a annoncé le Dr Haruna Mshelia, commissaire à la santé pour cet Etat.

Trois femmes kamikazes

Samedi, les habitants du village de Dalori, à 12 km de la capitale de l'Etat de Borno, avaient indiqué qu'au moins 50 personnes avaient été tuées lors de l'attaque. «Il y a eu des morts et quelques blessés», avait indiqué de son côté dans un communiqué le porte-parole de l'armée nigériane Mustapha Anka, sans donner de bilan précis. Selon lui, l'attaque a été perpétrée par des «terroristes présumés de Boko Haram» qui sont arrivés dans le village dans deux voitures et des motos, ont «ouvert le feu et brûlé des maisons». Trois femmes kamikazes, qui ont tenté de se mêler aux villageois, ont été «interceptées puis ont explosé», a-t-il affirmé.

«Le village a été rasé»

L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat mais porte la marque du groupe islamiste qui recourt fréquemment à des kamikazes, notamment des femmes et parfois des enfants. Dalori se trouve à proximité de camps de déplacés par les sept ans d'insurrection de Boko Haram, et l'attaque s'est produite alors que des milliers de personnes y revenaient. Selon le porte-parole de l'armée, les forces de sécurité ont empêché les assaillants de pénétrer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant