Nigeria : un kamikaze déguisé en écolier tue 47 collégiens

le
0
Nigeria : un kamikaze déguisé en écolier tue 47 collégiens
Nigeria : un kamikaze déguisé en écolier tue 47 collégiens

Un attentat-suicide a fait lundi au moins 47 morts et 79 blessés parmi les élèves d'un collège du nord-est du Nigeria, a indiqué la police, qui a accusé le groupe islamiste armé Boko Haram. «Il y a eu une explosion provoquée par un kamikaze» dans un collège-lycée de Potiskum, dans l'Etat de Yobe, a déclaré Emmanuel Ojukwu, le porte-parole de la police nigériane. «Il y a 47 morts et 79 blessés» parmi les élèves, a-t-il ajouté, précisant que Boko Haram était soupçonné d'être responsable du massacre. Le terroriste présumé aurait pénétré dans l'établissement en se présentant en tenue d'écolier, se faisant ainsi passer pour un collégien.

Selon des informations d' Al Jazeera, un professeur, un médecin et un sauveteur ont expliqué que l'explosion est survenue au Collège d'enseignement général de Science de Potiskum,  dans l'état de Yobe. «Les étudiants s'étaient réunis pour l'assemblée du matin  vers 7h50 (8h50 à Paris), a ajouté le professeur, qui a demandé à ne pas être identifié. «L'explosion a touché beaucoup d'étudiants mais je ne peux pas dire combien parce que nous évacuons maintenant les victimes vers l'hôpital qui se trouve juste à 100 mètres de distance», a précisé l'enseignant.

Les attaques perpétrées par Boko Haram sont communes

Un médecin de l'Hôpital général de Potiskum, où les victimes ont été prises en charge, a précisé que beaucoup d'étudiants avaient été admis. «Nous recevons toujours des blessés de l'école qui est à un jet de pierre d'ici» témoigne le médecin qui ajoute : «Notre priorité est maintenant de sauver les blessés, donc nous n'avons pas commencé de comptage des victimes.»

Les attaques sur des écoles par le groupe armé Boko Haram sont communes au Nigeria du nord, où les combattants ont le contrôle de grandes zones. Le groupe, dont le nom signifie  «l'enseignement occidental est péché» en langue haoussa locale, est décrit par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant