Nigeria : plus de 100 morts dans un massacre interethnique

le
0
Nigeria : plus de 100 morts dans un massacre interethnique
Nigeria : plus de 100 morts dans un massacre interethnique

Des hommes armés ont rasé trois villages dans la nuit de vendredi à samedi dans le centre du Nigeria, tuant au moins 100 personnes, dans un contexte de fortes tensions entre communautés de la région.

Cette série d'attaques, rapportée dimanche par des responsables locaux, est la plus meurtrière dans le sud de l'Etat de Kaduna depuis les violences post-électorales qui avaient fait plusieurs centaines de morts en 2011. «Il y a au moins 100 corps provenant des trois villages attaqués par les hommes armés», a déclaré Yakubu Bitiyong, député de l'Etat de Kaduna.

Une quarantaine d'assaillants armés de fusils et de machettes ont attaqué les villages d'Angwan Gata, Chenshyi et Angwan Sankwai, dans le district de Kaura, dans le sud de l'Etat, ouvrant le feu sur des habitants à leur domicile où ils dormaient ou les découpant à la machette, selon M. Bitiyong.

Une partie des victimes «ont été tuées par balle et brûlées chez elles alors que d'autres ont été taillées à coup de machette», a-t-il expliqué. De nombreuses personnes ont également été blessées, tandis que les villages ont été entièrement brûlés, a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la police d'Etat, Aminu Lawan, a confirmé ces attaques, se refusant toutefois à communiquer un bilan des victimes. Il a également refusé de donner des précisions sur l'origine des assaillants, alors que la population locale, majoritairement chrétienne, accuse les éleveurs musulmans fulani d'être les auteurs des attaques.

Le village de Chenshyi, où au moins 50 personnes ont péri, a été le plus durement touché, selon Adamu Marshall, le porte-parole de l'Union du peuple de Kaduna Sud (SOKAPU), une association politique et culturelle de la région, dont le bilan concorde avec celui du député Bitiyong.

Selon un responsable local ayant requis l'anonymat, environ 2000 déplacés se sont réfugiés dans une école primaire du village de Gwandong après les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant