Nigeria : pas de trêve annoncée, 30 adolescents enlevés par Boko Haram

le
0
Nigeria : pas de trêve annoncée, 30 adolescents enlevés par Boko Haram
Nigeria : pas de trêve annoncée, 30 adolescents enlevés par Boko Haram

Le cessez-le-feu annoncé par les autorités le 17 octobre n'a pas eu lieu. Les enlèvements de Boko Haram continuent au Nigeria. Trente adolescents, garçons et filles, ont été enlevés par des islamistes présumés dans un village de l'Etat de Borno, dans le nord-est du pays, a déclaré dimanche un responsable local.  «Des insurgés (...) ont enlevé des jeunes, garçons et filles, dans notre région. Ils ont pris tous les garçons de 13 ans et plus (...) et toutes les filles de 11 ans et plus. Trente jeunes ont été enlevés ces deux derniers jours», a déclaré Alhaji Shettima Maina, le responsable du village de Mafa.

C'est dans cette région que l'armée nigériane a tenté des incursions contre les combattants de la secte qui se réclame de la mouvance jihadiste de l'Etat islamique (EI). En fin de semaine, l'armée a repris le contrôle d'une ville du Nord-Est tombée aux mains de Boko Haram au terme d'importants combats. «Abadam est libre au terme des affrontements qui ont commencé jeudi soir et ont pris fin samedi matin», a déclaré la source ayant requis l'anonymat samedi soir. «Nous avons triomphé des terroristes et de plus en plus de progrès sont réalisés pour libérer d'autres villes et villages», a-t-on ajouté. Le même samedi, selon plusieurs autres témoignages d'habitants, environ 60 femmes ont été enlevées autour de Chibok, dans les villes de Wagga et de Gwarta.

Le porte-parole de l'armée n'était pas immédiatement disponible pour confirmer cette information. Et il est difficile d'obtenir des témoignages. La plupart des habitants d'Abadam ayant fui vers le Niger voisin quand Boko Haram a attaqué puis pris le contrôle de cette ville de l'Etat de Borno, située près du lac Tchad, vendredi 17 octobre. Selon la même source sécuritaire, c'est une force régionale à laquelle participent au coté de l'armée nigériane des soldats du Niger, du Tchad et du Cameroun (trois pays frontaliers du Nigeria) qui est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant