Nigeria : offensive du Niger et du Tchad contre Boko Haram

le
0
Nigeria : offensive du Niger et du Tchad contre Boko Haram
Nigeria : offensive du Niger et du Tchad contre Boko Haram

Les islamistes de Boko Haram sont plus que jamais dans le collimateur des armées du Niger et du Tchad depuis leur allégeance à l'organisation terroriste Etat islamique (EI), samedi. Les militaires ont lancé dès ce dimanche une offensive aérienne et terrestre d'envergure au Nigeria pour essayer d'affaiblir encore plus les troupes djihadistes. 

«Très tôt ce matin, les troupes nigériennes et tchadiennes ont déclenché une offensive contre Boko Haram, sur les deux fronts, dans la zone de Bosso et près de Diram», a déclaré une source gouvernementale nigérienne. Des milliers de soldats nigériens et tchadiens étaient positionnés depuis plus d'un mois en posture défensive dans la province de Diffa, sous le feu de Boko Haram. Cette offensive d'envergure intervient à un moment clé. L'offensive régionale lancée fin janvier par le Tchad, le Cameroun et le Niger -- eux aussi touchés par des attaques islamistes dans la région du Lac Tchad -- a porté des coups aux jihadistes, qui ont dû abandonner plusieurs positions dans l'extrême nord nigérian.

Ce serment d'allégeance «pourrait pousser les Occidentaux à se mobiliser»

Si l'annonce du ralliement à l'EI est le premier serment d'allégeance formel de Boko Haram à Baghdadi, des signes de rapprochement entre les deux groupes étaient visibles ces derniers mois. Boko Haram et l'EI «ont essuyé de nombreux échecs ces dernières semaines et ces derniers mois», et le serment d'allégeance «pourrait être une façon de lancer un message à leurs troupes, pour leur regonfler le moral et attirer de nouvelles recrues, surtout dans le cas de Boko Haram», explique Yan St-Pierre, expert en lutte contre le terrorisme pour l'entreprise berlinoise Modern Security Consulting.

Ce serment «pourrait pousser les Occidentaux à se mobiliser, en particulier la France qui mène déjà une campagne militaire antiterroriste en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale», estime Ryan Cummings, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant