Nigeria : nouvelle tuerie de Boko Haram, au moins 35 morts

le
0
Nigeria : nouvelle tuerie de Boko Haram, au moins 35 morts
Nigeria : nouvelle tuerie de Boko Haram, au moins 35 morts

Les islamistes de Boko Haram continuent de semer la terreur au Nigeria. Après avoir enlevé plus de 200 lycéennes mi-avril, saccagé des villages, incendié des centaines de maisons et leurs occupants, le groupe de combattants armés a de nouveau frappé mercredi. Au moins 35 personnes ont été tuées dans trois villages du nord-est du pays, dans l'Etat de Borno, frontalier du Cameroun.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a réagi ce jeudi en promettant une «guerre totale» contre Boko Haram. «J'ai donné ordre à nos forces de sécurité de lancer une opération à grande échelle pour mettre fin à l'impunité des terroristes sur notre sol. (...) Je vous garantis que le Nigeria redeviendra un pays sûr et que ces voyous seront chassés», a-t-il affirmé.

Selon une source militaire, des dizaines d'hommes de Boko Haram se sont lancés mercredi à l'assaut des villages de Gumushi, Amuda et Arbokko, juchés sur des véhicules tout-terrain et des motos. Ils ont alors ouvert le feu sur les habitants et incendié les maisons à coups de cocktails Molotov. Une énième attaque qui plonge le pays dans l'angoisse et l'incertitude.

Plus de 2 000 morts en quatre mois

Initié par les familles des jeunes filles enlevées, un mouvement de colère et de protestation a désormais dépassé les frontières du pays, sujets aux attaques de Boko Haram depuis dix ans. Plus de 2 000 personnes ont été tuées depuis début 2014. Début mai, la communauté internationale s'est émue de la situation au point qu'un sommet mondial a été organisé. Des renforts américains, européens et français ont été envoyés sur place pour tenter de retrouver les lycéennes, menacées d'être «vendues comme des esclaves».

Lundi, l'armée nigériane a affirmé que les jeunes filles avaient été localisées, sans toutefois dire où elles se trouvent. Des intermédiaires auraient également été rencontrés pour entamer une négociation. Une façon pour le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant