Nigeria : nouvelle attaque de villages attribuée à Boko Haram

le
0
Nigeria : nouvelle attaque de villages attribuée à Boko Haram
Nigeria : nouvelle attaque de villages attribuée à Boko Haram

Il ne se passe plus un jour au Nigeria sans que Boko Haram fasse parler de lui. Le groupe terroriste est soupçonné d'avoir commis plusieurs attaques dans trois villages isolés, faisant au moins une cinquantaine de morts ce mercredi.

Dans une des opérations, des activistes auraient ouvert le feu dans le village d'Alagarno et rasé plusieurs habitations, faisant 17 morts. L'attaque a eu lieu à à peine 30 km de Chibok, où Boko Haram a enlevé plus de 200 lycéennes le mois dernier. Dans une seconde opération, des motards ont tué neuf personnes le village voisin de Shawa. Une troisième attaque aurait ensuite fait une trentaine de morts dans le même secteur.

Deux villages situés près de Chibok avaient déjà été attaqués coup sur coup lundi et mardi par des hommes armés non identifiés.

Les Etats-Unis condamnent les attentats de mardi

Ces attaques interviennent au lendemain du double attentat perpétré dans le centre du du pays et qui a fait au moins 118 morts mardi. «Ces attaques odieuses contre des civils nigérians sans défense et l'enlèvement le mois dernier par Boko Haram de plus de 200 jeunes filles sont des actes terroristes inadmissibles qui exigent (une réponse) de la justice», a estimé dans un communiqué le département d'Etat américain mercredi.

La diplomatie américaine a également condamné un attentat suicide qui avait fait quatre morts le 18 mai à Kano, dans le nord du Nigeria. Mais si le communiqué de Washington fait mention du groupe islamiste armé Boko Haram pour le rapt des lycéennes de Chibok (nord-est), il ne lui attribue pas directement la responsabilité des attentats commis cette semaine.

Cet enlèvement a déclenché une mobilisation internationale, avec l'envoi sur le terrain par les Etats-Unis d'avions, de drones et d'une trentaine de civils et militaires. Même si les Américains aident Abuja, ils critiquent vivement le président nigérian Goodluck Jonathan pour sa gestion de la crise et son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant